AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Liste complète des personnages

Joachim-Ernest, margrave de Brandebourg-Ansbach, et Sophie de Solms-Laubach

Joachim-Ernest, margrave de Brandebourg-Ansbach, et sa femme Sophie de Solms-Laubach


Albert, margrave de Brandebourg-Ansbach - Henriette de Wurtemberg-Montbéliard, Sophie d'Oettingen, Christine de Bade-Durlach

Albert, margrave de Brandebourg-Ansbach, en 1643, par Block
Henriette-Louise de Wurtemberg-Montbéliard, margravine de Brandebourg-Ansbach, en 1643, par Block
Sophie-Marguerite d'Oettingen-Oettingen, margravine de Brandebourg-Ansbach
Christine de Bade-Durlach, margravine de Brandebourg-Ansbach


Jean-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach - Jeanne-Élisabeth de Bade-Durlach - Éléonore-Erdmuthe de Saxe-Eisenach

Jean-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach
Jeanne-Élisabeth de Bade-Durlach, margravine de Brandebourg-Ansbach
Éléonore-Erdmuthe de Saxe-Eisenach, margravine de Brandebourg-Ansbach, puis électrice de Saxe
Éléonore-Erdmuthe de Saxe-Eisenach, margravine de Brandebourg-Ansbach puis électrice de Saxe, par Louis de Silvestre


Christian-Albert, margrave de Brandebourg-Ansbach - Georges-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach

Christian-Albert, margrave de Brandebourg-Ansbach
Georges-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach


Guillaume-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach, et Christine-Charlotte de Wurtemberg

Guillaume-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach, jeune homme
Guillaume-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach, âgé
Catafalque pour les funérailles de Guillaume-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach, en 1723
Christine-Charlotte de Wurtemberg, margravine de Brandebourg-Ansbach


Charles-Guillaume-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach, et Frédérique-Louise de Prusse

Charles-Guillaume-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach, en 1725, par Sperling
Charles-Guillaume-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach, et sa femme Frédérique-Louise de Prusse, par Pesne
Frédérique-Louise de Prusse, margravine de Brandebourg-Ansbach, par Pesne
Frédérique-Louise de Prusse, margravine de Brandebourg-Ansbach


Charles-Alexandre, margrave de Brandebourg-Ansbach-Bayreuth - Caroline-Frédérique de Saxe-Cobourg-Saalfeld - Élisabeth Berkeley

Charles-Alexandre, margrave de Brandebourg-Ansbach et Bayreuth, enfant
Charles-Alexandre, margrave de Brandebourg-Ansbach et Bayreuth, jeune homme, en Pâris, d'après Pesne
Charles-Alexandre, margrave de Brandebourg-Ansbach et Bayreuth
Charles-Alexandre, margrave de Brandebourg-Ansbach et Bayreuth
Charles-Alexandre, margrave de Brandebourg-Ansbach et Bayreuth
Caroline-Frédérique de Saxe-Cobourg-Saalfeld, margravine de Brandebourg-Ansbach et Bayreuth
Caroline-Frédérique de Saxe-Cobourg-Saalfeld, margravine de Brandebourg-Ansbach et Bayreuth
Élisabeth, princesse Berkeley, épouse morganatique de Charles-Alexandre, margrave de Brandebourg-Ansbach et Bayreuth, par Romney
Élisabeth, princesse Berkeley, épouse morganatique de Charles-Alexandre, margrave de Brandebourg-Ansbach et Bayreuth


------


Joachim-Ernest, margrave de Brandebourg-Ansbach (1583-1625)
et sa femme Sophie de Solms-Laubach (1594-1651)

puis leur fils
Albert, margrave de Brandebourg-Ansbach (1620-1667)
et
sa première femme Henriette-Louise de Wurtemberg-Montbéliard (1623-1650)
sa seconde femme Sophie-Marguerite d'Oettingen-Oettingen (1634-1664)
sa troisième femme Christine de Bade-Durlach (1645-1705)

puis leur fils
Jean-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach (1654-1686)
et
sa première femme Jeanne-Élisabeth de Bade-Durlach (1651-1680)
sa seconde femme Éléonore-Erdmuthe de Saxe-Eisenach (1662-1696)

puis les fils de Jean-Frédéric et Jeanne-Élisabeth
Christian-Albert, margrave de Brandebourg-Ansbach (1675-1692)
et
Georges-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach (1678-1703)

puis le fils de Jean-Frédéric et Éléonore-Erdmuthe
Guillaume-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach (1686-1723)
et sa femme Christine-Charlotte de Wurtemberg-Winnental (1694-1729)

puis leur fils
Charles-Guillaume-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach (1712-1757)
et sa femme Frédérique-Louise de Prusse (1714-1784)

puis leur fils
Charles-Alexandre, margrave de Brandebourg-Ansbach et de Brandebourg-Bayreuth (1736-1806)
et
sa première femme Caroline-Frédérique de Saxe-Cobourg-Saalfeld (1735-1791)
sa seconde femme (morganatique) Élisabeth Berkeley (1750-1828)






Joachim-Ernest, margrave de Brandebourg-Ansbach, était le fils de Jean-Georges, électeur de Brandebourg, et d'Élisabeth d'Anhalt.

Sophie de Solms-Laubach était la fille de Jean-Georges, comte de Solms-Laubach et de Marguerite de Schoenbourg-Glauchau.

Ils eurent :

- Albert, margrave de Brandebourg-Ansbach.

Il épousa d'abord Henriette-Louise de Wurtemberg-Montbéliard, fille de Louis-Frédéric, duc de Wurtemberg-Montbéliard et d'Élisabeth-Madeleine de Hesse-Darmstadt. D'où deux filles sans postérité.

Il épousa ensuite Sophie-Marguerite d'Oettingen-Oettingen, fille de Joachim-Ernest, comte d'Oettingen-Oettingen et d'Anne-Sibylle de Solms-Sonnenwald.

D'où :

- Éléonore-Juliana, qui épousa Frédéric-Charles, duc de Wurtemberg-Winnental ;

- Dorothée-Charlotte, qui épousa Ernest-Louis, landgrave de Hesse-Darmstadt ;

- Jean-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach (qui suit).

Il épousa enfin Christine de Bade-Durlach, fille de Frédéric VI, margrave de Bade-Durlach, et de Christine-Madeleine de Deux-Ponts-Kleebourg. Sans postérité. Christine se remaria avec Frédéric Ier, duc de saxe-Gotha-Altenbourg, à qui elle ne donna pas d'enfants non plus.


Jean-Frédéric épousa d'abord Jeanne-Élisabeth de Bade-Durlach, autre fille de Frédéric VI, margrave de Bade-Durlach, et de Christine-Madeleine de Deux-Ponts-Kleebourg. Les deux sœurs, Christine et Jeanne-Élisabeth, épousèrent donc le père et le fils.

Jean-Frédéric et Jeanne-Élisabeth eurent :

- Christian-Albert, margrave de Brandebourg-Ansbach ;

- Georges-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach.

Christian-Albert succéda à son père à l'âge de onze ans, et mourut lui-même à dix-sept ans, sans avoir jamais régné personnellement et sans postérité.

Georges-Frédéric succéda à son frère. Il visita en 1699 la Cour de France, où sa lointaine cousine Élisabeth-Charlotte, Madame, duchesse d'Orléans, belle-sœur de Louis XIV, se mit en tête de le marier à Anne-Marie de Bourbon, Mademoiselle de Condé. Georges-Frédéric n'en demandait pas tant et confia à propos de sa prétendue fiancée que "sa taille extrêmement petite et délicate, outre les inconvénients de la différence de religion" ne lui donnaient aucune envie d'y consentir. Mais il n'osa refuser de front à Madame et promit qu'il lui écrirait après être rentré à Ansbach. Une fois sorti du guet-apens, il ne donna plus signe de vie. Madame écrivit à sa demi-sœur la raugravine Louise : "On ne saurait peindre un plus beau visage que celui de ce margrave. Il a en outre une très belle taille. Mais… il m'a joué un vilain tour… Il y a neuf mois que je lui ai écrit sans recevoir une réponse. J'en conclus qu'il doit avoir quelque chose de travers dans la cervelle…"

On ne sait quelle lubie avait saisi Madame de songer à cette union. Elle ne mit personne dans la confidence sur le moment et il est assez probable que Louis XIV n'y aurait pas consenti. Il avait du reste horreur des négociations matrimoniales tramées à son insu, et s'il avait appris l'affaire, Madame s'en serait certainement souvenu… Quoiqu'il en soit, Mademoiselle de Condé mourut l'année suivante sans être mariée (donnant raison à la méfiance de Georges-Frédéric quant à la délicatesse de sa santé), et le beau Georges-Frédéric (son portrait présenté ici justifie l'admiration de Madame) mourut lui-même trois ans plus tard, sans postérité… Son demi-frère Guillaume-Frédéric (voir ci-dessous) lui succéda.


Jean-Frédéric avait, en effet, épousé ensuite Éléonore-Erdmuthe de Saxe-Eisenach, fille de Jean-Georges Ier, duc de Saxe-Eisenach et de Jeannette de Sayn-Wittgenstein.

D'où :

- Caroline, qui épousa Georges II, roi d'Angleterre ;

- Guillaume-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach (qui suit).

Veuve, Éléonore-Erdmuthe se remaria avec Jean-Georges IV, électeur de Saxe, à qui elle ne donna pas d'enfants. Ce second mariage ne dura pas, Jean-Georges IV étant mort peu après, et Éléonore-Erdmuthe revint vivre auprès des enfants de son premier mariage.

Guillaume-Frédéric épousa Christine-Charlotte de Wurtemberg-Winnental, fille de Frédéric-Charles, duc de Wurtemberg-Winnental, et d'Éléonore-Juliana de Brandebourg-Ansbach. Guillaume-Frédéric et Christine-Charlotte étaient donc cousins germains, enfants du frère et de la sœur.

Ils eurent :

- Charles-Guillaume-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach.

Il épousa Frédérique-Louise de Prusse, fille de Frédéric-Guillaume Ier, roi de Prusse, et de Sophie-Dorothée de Hanovre.

D'où :

- Charles-Alexandre, margrave de Brandebourg-Ansbach et de Brandebourg-Bayreuth.

En effet, son cousin Frédéric-Christian, margrave de Brandebourg-Bayreuth, étant mort sans héritier, Charles-Alexandre réunit les deux margraviats d'Ansbach et de Bayreuth.

Charles-Alexandre fut le dernier margrave de Brandebourg-Bayreuth et de Brandebourg-Ansbach : sans postérité à son tour, il vendit son double margraviat à la Prusse en 1791 contre une opulente rente viagère (il ne s'agissait d'ailleurs pour la Prusse que d'un gain de temps, puisqu'à défaut d'héritier, Bayreuth et Ansbach devaient de toute façon faire retour à la branche aînée conformément à loi de succession d'Albert-Achille, édictée en 1473). La même année, mourut sa femme Caroline-Frédérique de Saxe-Cobourg-Saalfeld, fille de François-Josias, duc de Saxe-Cobourg-Saalfeld et d'Anne-Sophie de Schwarzbourg-Rudolstadt.

Il put ainsi se remarier avec sa maîtresse Élisabeth Berkeley (fille d'Auguste, 4e comte de Berkeley, et d'Élisabeth Drax), séparée depuis 1780 de son premier époux Lord Craven, qui venait fort opportunément de mourir lui-même. Le nouveau ménage s'établit fastueusement en Angleterre où Charles-Alexandre termina ses jours, après quoi Élisabeth alla finir les siens à Naples.

Élisabeth porta usuellement le titre de margravine d'Ansbach, encore que son mariage n'ait pas été dynastiquement reconnu. Charles-Alexandre obtint du moins pour elle de l'Empereur François II le titre de princesse du Saint-Empire, lui permettant de prendre le nom de princesse Berkeley.

Pendant ce temps, les vicissitudes napoléoniennes virent un temps Ansbach et Bayreuth appartenir à la France ; peu après, la France s'entendit avec la Bavière, qui lui racheta Ansbach et échangea le duché de Berg (aussitôt attribué par Napoléon à son beau-frère Joachim Murat) contre Bayreuth. C'est ainsi que le roi Louis II de Bavière put quelques années plus tard y faire construire son fameux opéra, destiné jusqu'à nos jours aux représentations des œuvres de Wagner.

On remarquera le beau portrait de la princesse par Romney, dont elle ne fut d'ailleurs pas satisfaite, écrivant dans ses "Mémoires" que ce portrait "ne donne aucune idée de mon visage ni de ma stature : le premier est trop sévère, l'autre beaucoup trop forte…" À la vérité, comme elle avait une très haute opinion d'elle-même, il est fort probable qu'elle reprochait surtout au portrait de ne pas la faire aussi jolie qu'elle prétendait l'être.