AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Liste complète des personnages
Christian, margrave de Brandebourg-Bayreuth
Christian-Ernest, margrave de Brandebourg-Bayreuth, en 1612, par Bolland
Marie de Prusse, margravine de Brandebourg-Bayreuth, en 1612, par Bolland
Marie de Prusse, margravine de Brandebourg-Bayreuth
Marie de Prusse, margravine de Brandebourg-Bayreuth, exposée après sa mort sur son lit de parade
Christian-Ernest, margrave de Brandebourg-Bayreuth, adolescent
Christian-Ernest, margrave de Brandebourg-Bayreuth, vers 1670
Christian-Ernest, margrave de Brandebourg-Bayreuth, vers 1700
Sophie-Louise de Wurtemberg, margravine de Brandebourg-Bayreuth, vers 1670
Sophie-Louise de Wurtemberg, margravine de Brandebourg-Bayreuth, vers 1700
Georges-Guillaume, margrave de Brandebourg-Bayreuth
Georges-Guillaume, margrave de Brandebourg-Bayreuth
Georges-Guillaume, margrave de Brandebourg-Bayreuth, en 1718, par Müller
Sophie de Saxe-Weissenfels, margravine de Brandebourg-Bayreuth
Georges-Frédéric-Charles, margrave de Brandebourg-Bayreuth et Culmbach


------


Christian, margrave de Brandebourg-Bayreuth (1581-1655)
et sa femme Marie de Prusse (1579-1649)

puis leur petit-fils
Christian-Ernest, margrave de Brandebourg-Bayreuth (1644-1712)
et sa femme Sophie-Louise de Wurtemberg (1642-1702)

puis leur fils
Georges-Guillaume, margrave de Brandebourg-Bayreuth (1678-1726)
et sa femme Sophie de Saxe-Weissenfels (1684-1754)

puis leur cousin
Georges-Frédéric-Charles, margrave de Brandebourg-Bayreuth-Culmbach (1688-1735)






Christian, margrave de Brandebourg-Bayreuth, était le fils de Jean-Georges, électeur de Brandebourg, et d'Élisabeth d'Anhalt.

Marie de Prusse était la fille de Albert-Frédéric, duc de Prusse, et de Marie-Éléonore de Clèves-Juliers-Berg.

Lorsque son cousin Georges-Frédéric, margrave de Brandebourg-Ansbach et Culmbach mourut sans héritier mâle, Christian devint margrave de Brandebourg-Culmbach (tandis que son frère Joachim-Ernest, lui, héritait d'Ansbach). Peu après, il transporta sa résidence de Culmbach à Bayreuth et changea le nom de son margraviat en "Brandebourg-Bayreuth".

Christian et Marie eurent :

- Madeleine-Sibylle, qui épousa Jean-Georges II, électeur de Saxe ;

- Erdmann-Auguste (mort avant son père), qui épousa sa cousine germaine Sophie de Brandebourg-Ansbach (fille de Joachim-Ernest), d'où Christian-Ernest, margrave de Brandebourg-Bayreuth (qui suit) ;

- Georges-Albert, margrave de Brandebourg-Culmbach, d'où Christian-Henri, margrave de Brandebourg-Culmbach, d'où une fille, Sophie-Madeleine, qui épousa Frédéric VI, roi de Danemark, et deux fils, Georges-Frédéric et Frédéric-Christian, qui furent tous deux margraves de Brandebourg-Bayreuth quand la branche aînée s'éteignit (voir ci-dessous).

On l'a vu, le margraviat de Brandebourg-Culmbach ayant été renommé, le seul margrave de Brandebourg-Culmbach à proprement parler était celui de Brandebourg-Bayreuth, à savoir Christian-Ernest. Cependant, Georges-Albert reçut de façon purement honorifique le titre de margrave de Brandebourg-Culmbach, qui ne correspondait plus à un territoire particulier mais permettait de distinguer sa branche de celle issue de son frère aîné, et de faire survivre symboliquement l'ancienne dénomination.

Christian-Ernest épousa Sophie-Louise de Wurtemberg, fille d'Eberhard III, duc de Wurtemberg, et d'Anne-Catherine de Salm-Kyrbourg. D'où :

- Christine-Eberhardine, qui épousa Auguste le Fort, électeur de Saxe, roi de Pologne ;

- Georges-Guillaume, margrave de Brandebourg-Bayreuth, qui épousa Sophie de Saxe-Weissenfels, fille de Jean-Adolphe Ier, duc de Saxe-Weissenfels, et de Jeanne-Madeleine de Saxe-Altenbourg.

Notons que le portrait de Sophie présenté ici est parfois identifié comme étant celui de sa fille Christine-Sophie-Wilhelmine, à tort évidemment, le modèle étant vêtu à la mode de 1710-20 (au plus tard) : s'il s'agissait de Christine-Sophie-Wilhelmine, elle aurait donc moins de vingt ans sur ce portrait, ce qui n'est clairement pas le cas. Du reste il n'était pas d'usage de faire peindre de tels portraits en pied des jeunes princesses avant qu'elles ne soient mariées (et leur premier grand portrait d'apparat était précisément généralement peint à cette occasion).

C'est Georges-Guillaume qui fonda l'Ordre de l'Aigle Rouge, lequel devint un ordre prussien lorsque le margraviat de Brandebourg-Bayreuth fut acquis par le roi de Prusse (1791). Il resta depuis lors le second ordre prussien, immédiatement après celui de l'Aigle Noir.

Un seul des enfants de Georges-Guillaume et Sophie parvint à l'âge adulte, et hélas pour eux ce fut leur fille. Elle accoucha subitement, à vingt-trois ans, sans être mariée, de jumeaux (qui ne vécurent pas) dont le père est inconnu. Ce scandale porta à Georges-Guillaume un coup dont il ne se remit pas. Il mourut deux plus tard.

Son cousin Georges-Frédéric-Charles, margrave de Brandebourg-Culmbach (petit-fils de Georges-Albert) lui succéda et devint donc à la fois margrave de Brandebourg-Culmbach et de Brandebourg-Bayreuth.

Il eut de Dorothée de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Beck (voir ICI) :

- Frédéric, margrave de Brandebourg-Bayreuth ;

- Sophie-Charlotte-Albertine, qui épousa Ernest-Auguste Ier, duc de Saxe-Weimar-Eisenach.

Frédéric étant mort lui aussi sans héritier, son oncle Frédéric-Christian, frère de Georges-Frédéric, devint à son tour margrave de Brandebourg-Bayreuth.

Frédéric-Christian mourut à son tour sans héritier. Brandebourg-Bayreuth passa alors à Charles-Alexandre, margrave de Brandebourg-Ansbach, lointain cousin issu de la branche de Joachim-Ernest.