AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Ascension
Liste complète des personnages

Ernest le Pieux, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, et Élisabeth-Sophie de Saxe-Altenbourg

Ernest le Pieux, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg
Ernest le Pieux, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg
Ernest le Pieux, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg (portrait posthume)
Élisabeth-Sophie de Saxe-Altenbourg, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg (portrait posthume)
Élisabeth-Sophie de Saxe-Altenbourg, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg
Élisabeth-Sophie de Saxe-Altenbourg, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg
Élisabeth-Sophie de Saxe-Altenbourg, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg
Apothéose d'Ernest le Pieux et d'Élisabeth-Sophie, duc et duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg (très idéalisés), par Castelli (1704)


Frédéric Ier, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, et Madeleine-Sybille de Saxe-Weissenfels

Frédéric I<sup>er</sup>, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg
Frédéric I<sup>er</sup>, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg
Frédéric I<sup>er</sup>, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg
Madeleine-Sybille de Saxe-Weissenfels, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg


Frédéric II, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, et Madeleine-Augusta d'Anhalt-Zerbst

Frédéric II et Madeleine-Augusta d'Anhalt-Zerbst, duc et duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg, en 1709, avec leurs fils, le futur Frédéric III, Guillaume, Jean-Auguste, Christian-Guillaume, Louis-Ernest et Emmanuel
Frédéric II, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, par Ritter
Frédéric II, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, par Schilbach
Frédéric II, duc de Saxe-Cobourg-Gotha, par Schilbach
Frédéric II, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, par Kupezky
Madeleine-Augusta d'Anhalt-Zerbst, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg, par Schilbach
Madeleine-Augusta d'Anhalt-Zerbst, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg, par Ritter
Madeleine-Augusta d'Anhalt-Zerbst, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg, d'après Schilbach


Frédéric III, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, et Louise-Dorothée de Saxe-Meiningen

Frédéric III, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg
Frédéric III, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, par Schilbach
Frédéric III, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, par Schilbach
Frédéric III de Saxe-Gotha-Altenbourg et Louise-Dorothée de Saxe-Meiningen dans le "Mahomet" de Voltaire
Louise-Dorothée de Saxe-Meiningen, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg


Frédéric-Louis, prince héritier de Saxe-Gotha-Altenbourg

Frédéric-Louis, prince héritier de Saxe-Gotha-Altenbourg, par Liotard


Ernest II, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, et Charlotte-Amélie de Saxe-Meiningen

Ernest II, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, enfant, par Hogelgans
Ernest II, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, en 1769, par Ziesenis
Charlotte-Amélie de Saxe-Meiningen, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg, en 1768, par Ziesenis
Charlotte-Amélie de Saxe-Meiningen, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg, en 1775


Auguste, prince de Saxe-Gotha-Altenbourg

Auguste, prince de Saxe-Gotha-Altenbourg, en 1795, par Specht


Auguste, duc de Saxe-Gotha-Altenburg - Louise-Charlotte de Mecklembourg-Schwerin - Caroline-Amélie de Hesse-Cassel

Auguste, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, en costume "Van Dyck", en 1805, par Grassi
Auguste, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, en 1807, par Ludwig Doell
Auguste, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, en 1813, par Ludwig Döll
Louise-Charlotte de Mecklembourg-Schwerin, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg, enfant, vers 1785, par Liesiewski
Louise-Charlotte de Mecklembourg-Schwerin, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg, en 1797
Caroline-Amélie de Hesse-Cassel, duchesse de Saxe-Gotha-Altenbourg, en costume "Van Dyck", en 1805, par Grassi


Frédéric IV, duc de Saxe-Gotha-Altenburg

Frédéric IV, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, par Grassi
Frédéric IV, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, à Rome, par Schick
Frédéric IV, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, à la fin de sa vie, par Beck


------


Ernest le Pieux, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg (1601-1675)
et sa femme Élisabeth-Sophie de Saxe-Altenbourg (1619-1680)

puis leur fils
Frédéric Ier, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg (1646-1691)
et sa femme Madeleine-Sibylle de Saxe-Weissenfels (1648-1681)

puis leur fils
Frédéric II, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg (1676-1732)
et sa femme Madeleine-Augusta d'Anhalt-Zerbst (1679-1740)

puis leur fils
Frédéric III, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg (1699-1772)
et sa femme Louise-Dorothée de Saxe-Meiningen (1710-1767)

puis leur trois fils

Frédéric-Louis, prince héritier de Saxe-Gotha-Altenbourg (1735-1756)

Ernest II, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg (1745-1804)
et sa femme Charlotte-Amélie de Saxe-Meiningen (1751-1827)

Auguste, prince de Saxe-Gotha-Altenbourg (1747-1806)

puis les fils d'Ernest II

Auguste, duc de Saxe-Gotha-Altenburg (1772-1822)
et
sa première femme Louise-Charlotte de Mecklembourg-Schwerin (1779-1801)
sa seconde femme Caroline-Amélie de Hesse-Cassel (1771-1848)

Frédéric IV, duc de Saxe-Gotha-Altenburg (1774-1825)






Ernest le Pieux, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg, était le fils de Jean, duc de Saxe-Weimar, et de Dorothée d'Anhalt.

Élisabeth-Sophie de Saxe-Altenbourg était la fille de Jean-Philippe, duc de Saxe-Altenbourg, et d'Élisabeth de Brunswick-Wolfenbuttel.

Jean-Philippe n'avait eu que cette fille unique ; aussi, à sa mort, c'est son frère Frédéric-Guillaume II qui lui succéda. Le seul fils de ce dernier, Frédéric-Guillaume III, étant mort à quinze ans, le duché de Saxe-Altenbourg fut revendiqué par Élisabeth-Sophie en vertu du testament de son père qui la désignait comme héritière en cas d'extinction des mâles de sa branche. La branche de Saxe-Weimar issue de Guillaume IV, frère aîné d'Ernest le Pieux, contestait cette transmission féminine et réclamait le duché en tant qu'héritière en ligne masculine. Élisabeth-Sophie finit par obtenir gain de cause en abandonnant un quart du duché à la branche concurrente. Son mari Ernest, jusqu'alors duc de Saxe-Gotha, put ainsi prendre le titre de Saxe-Gotha-Altenbourg. En y regardant bien, la sœur de Frédéric-Guillaume III, Jeanne-Madeleine, duchesse de Saxe-Weissenfels était véritablement la dernière Saxe-Altenbourg et ses droits devaient être comptés, si l'on admettait la succession féminine. Mais elle ne parvint pas à faire prévaloir ses droits, et la succession s'arrangea à ses dépens…

On remarquera la composition de Carlo-Ludovico Castelli, qui peignit en 1704 pour un plafond du château de Saalfeld cette "apothéose d'Ernest le Pieux et d'Élisabeth-Sophie". La virtuosité et l'éclat de cette fresque sacrifient cependant la ressemblance des modèles (qui, vêtus à l'antique, ne sont d'ailleurs pas coiffés à la mode de leur temps, mais de celui où l'œuvre a été réalisée). Comme on peut le constater sur ses portraits authentiques, il s'en faut de beaucoup qu'Élisabeth-Sophie ait été une aussi gracieuse divinité…


Ernest et Élisabeth-Sophie eurent dix-huit enfants, mais essentiellement quatre fils, qui se partagèrent les possessions de leur père en autant de duchés, et une seule fille mariée :

- Frédéric Ier, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg ;

- Bernard, duc de Saxe-Meiningen ;

- Ernest, duc de Saxe-Hildbourghausen ;

- Jean-Ernest, duc de Saxe-Cobourg-Saalfeld ;

- Élisabeth-Dorothée, qui épousa Louis VI, landgrave de Hesse-Darmstadt.

Trois autres fils (Albert, duc de Saxe-Cobourg, Henry, duc de Saxe-Roemhild et Christian, duc de Saxe-Eisenberg) avaient participé à ce partage initial mais ils moururent sans héritiers et leurs duchés furent à nouveau répartis entre les autres frères ci-dessus. C'est à cette occasion que Jean-Ernest, initialement duc de Saxe-Saalfeld, reçut Cobourg, et prit le nom de Saxe-Cobourg-Saalfeld. Ainsi furent fixées pour plusieurs générations les quatre branches de Saxe ernestine, auxquelles il faut ajouter celle de Saxe-Weimar-Eisenach issue de Guillaume IV (comme celle, mentionnée pour mémoire car rapidement éteinte, de Saxe-Iéna). Pour la Saxe albertine, outre l'électorat, les branches étaient celles, issues de Jean-Georges Ier, de Saxe-Weissenfels, Saxe-Mersebourg et Saxe-Zeits (celle-ci rapidement éteinte également).


Frédéric Ier, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg épousa Madeleine-Sibylle de Saxe-Weissenfels, fille d'Auguste, duc de Saxe-Weissenfels, et d'Anne-Marie de Mecklembourg-Schwerin.

D'où :

- Frédéric II, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg (qui suit).

Veuf, Frédéric Ier se remaria avec Christine de Bade-Durlach, qui ne lui donna pas d'enfant.


Frédéric II épousa Madeleine-Augusta d'Anhalt-Zerbst, fille de Charles-Guillaume, prince d'Anhalt-Zerbst, et de Sophie de Saxe-Weissenfels.

D'où parmi dix-huit enfants :

- Frédéric III, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg (qui suit) ;

- Augusta, qui épousa Frédéric-Louis d'Angleterre, prince de Galles.


Frédéric III épousa sa cousine germaine Louise-Dorothée de Saxe-Meiningen, fille d'Ernest-Louis, duc de Saxe-Meiningen, et de Dorothée-Marie de Saxe-Gotha-Altenbourg (fille de Frédéric Ier).

On remarquera l'extraordinaire double portrait de Frédéric III et Louise-Dorothée en costumes de théâtre, dans une représentation du Mahomet de Voltaire. Frédéric interprète ici le rôle de Zopire, chérif de La Mecque, et Louise-Dorothée celui de Palmire, sa fille.


Frédéric III et Louise-Dorothée eurent :

- Frédéric-Louis, qui mourut à vingt-et-un ans, sans alliance (on admirera son exquis portrait par Liotard, d'une fraîcheur éclatante) ;

- Ernest II, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg (qui suit) ;

- Auguste, sans alliance ni postérité.


Ernest II épousa Charlotte-Amélie de Saxe-Meiningen, fille d'Antoine-Ulrich, duc de Saxe-Meiningen, et de Charlotte-Amélie de Hesse-Philippstahl.

D'où :

- Auguste, duc de Saxe-Gotha-Altenbourg ;

- Frédéric IV, duc de Saxe-Gotha-Altenburg.


Auguste épousa Louise-Charlotte de Mecklembourg-Schwerin, fille de Frédéric-François Ier, duc de Mecklembourg-Schwerin, et de Louise de Saxe-Gotha-Altenbourg (fille de Jean-Auguste, un frère cadet de Frédéric III).

D'où une fille unique :

- Louise, qui épousa Ernest, duc de Saxe-Cobourg-Saalfeld, puis de Saxe-Cobourg-Gotha.

Auguste se remaria ensuite avec Caroline-Amélie de Hesse-Cassel, fille de Guillaume IX, landgrave de Hesse-Cassel, et de Caroline-Wilhelmine de Danemark.

Sans postérité.


Auguste n'ayant donc pas d'héritier mâle, son frère cadet lui succéda sous le nom de Frédéric IV et fut le dernier duc de Saxe-Gotha-Altenburg, de façon purement nominale car il était déjà très malade à cette époque et ne gouverna pas. On remarquera sa beauté juvénile et très "romantique allemand" sur le beau portrait de Grassi. Notons en outre qu'en 1814, il était revenu à la foi catholique de ses ancêtres, s'étant établi à Rome, où il vécut longtemps (c'est d'ailleurs devant le panorama de la Ville Éternelle qu'il pose sur l'élégant tableau de Schick ; on reconnaît l'église Sainte-Françoise-Romaine, le temple de Saturne, et au fond le Colisée).

Frédéric IV mourut lui-même peu après sans alliance ni postérité et la succession du duché de Saxe-Gotha-Altenbourg provoqua un bouleversement général de la répartition des branches issues d'Ernest le Pieux : voir ICI.