Eléonore de Tolède, grande-duchesse de Toscane, atelier de Bronzino

Éléonore de Tolède, grande-duchesse de Toscane, atelier de Bronzino



Reprenant le célèbre portrait d'Éléonore, ce tableau peint certainement peu après sa mort y ajoute des évocations bien sombres et funèbres. "Trompeuse est la grâce, vaine est la beauté", dit l'inscription. La grande-duchesse porte un mouchoir à la main, et derrière elle, on aperçoit une petite urne, ou plutôt un vase lacrymatoire, tel que ceux que les Anciens mettaient dans les tombeaux et dont on pensait alors qu'ils contenaient symboliquement les larmes versées sur le défunt par sa famille. Ainsi Shakespeare par exemple, dans son "Antoine et Cléopâtre", y fait-il allusion ("Where be the sacred vials thou shouldst fill with sorrowful water ?")… Poétique idée, mais hélas peu vraisemblable : en réalité, ils contenaient plus prosaïquement les restes d'onguents ayant servi à la préparation du corps.