AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Liste complète des personnages

Louis Ier, roi d'Espagne

Louis I<sup>er</sup>, roi d'Espagne, enfant, par Melendez
Louis I<sup>er</sup>, roi d'Espagne, âgé de 5 ans, en 1712, par Melendez
Louis I<sup>er</sup>, roi d'Espagne, enfant
Louis I<sup>er</sup>, roi d'Espagne, âgé de 10 ans, en 1717, portant l'habit de Novice de l'Ordre du Saint-Esprit, par Houasse
Louis I<sup>er</sup>, roi d'Espagne, âgé de 16 ans, en 1723, par Jean Ranc
Louis I<sup>er</sup>, roi d'Espagne, âgé de 16 ans, en 1723, par Melendez
Louis I<sup>er</sup>, roi d'Espagne, en 1723, esquisse de Jean Ranc
Louis I<sup>er</sup>, roi d'Espagne, par René Frémin
Louis I<sup>er</sup>, roi d'Espagne, par René Frémin
Louis I<sup>er</sup>, roi d'Espagne


Louise-Élisabeth d'Orléans, reine d'Espagne

Louise-Élisabeth d'Orléans, reine d'Espagne
Louise-Élisabeth d'Orléans, reine d'Espagne


Pendants

Louis I<sup>er</sup>, roi d'Espagne, âgé de 17 ans, en 1724, par Jean Ranc
Louise-Élisabeth d'Orléans, reine d'Espagne, âgée de 15 ans, en 1724, par Jean Ranc


------


Louis Ier, roi d'Espagne (1707-1724),
et sa femme Louise-Élisabeth d'Orléans, Mademoiselle de Montpensier (1709-1742)




Louis Ier, roi d'Espagne était le fils de Philippe V, roi d'Espagne, et de Marie-Louise-Gabrielle de Savoie.

Louise-Élisabeth d'Orléans, Mademoiselle de Montpensier, était la fille de Philippe, duc d'Orléans, régent de France, et de Françoise-Marie de Bourbon, légitimée de France.

Ce mariage fut sans postérité et du reste désastreux, l'épouse ayant fait montre d'une inconduite sans exemple, mais disons-le pour être juste, inconduite provenant sans doute moins d'un tempérament corrompu que d'un esprit à l'évidence complètement dérangé.

La mort prématurée du jeune roi après six mois de règne mit fin au malheur de sa vie. Son père, qui avait abdiqué en sa faveur pour se consacrer à son salut, dut reprendre la couronne, et cette fois la conserva jusqu'à sa mort, après quoi son second fils, jeune frère de Louis Ier, devint alors Ferdinand VI, roi d'Espagne.

Quant à Louise-Élisabeth, reine-douairière à 15 ans, elle quitta l'Espagne et revint en France, où elle vécut au château de Vincennes puis au palais du Luxembourg (en dehors d'un séjour au Carmel de la rue de Grenelle qui ne lui convint pas), et mourut dans l'oubli et l'indifférence générale. Elle fut enterrée à l'église Saint-Sulpice à Paris.

Mais il n'y reste rien de cette reine qui fut au fond sans doute plus à plaindre qu'à blâmer, qu'une inscription presque effacée signalant l'emplacement où fut son caveau dans la crypte.

Ce caveau et le corps de la reine, comme tous ceux de l'église, furent profanés sous la Révolution. Louise-Élisabeth repose donc sans doute aujourd'hui éparse et pêle-mêle dans l'ossuaire avec tant d'autres victimes posthumes de la haine révolutionnaire, mais du moins en bonne compagnie, parmi laquelle son demi-frère Charles de Saint-Albin, archevêque-duc de Cambrai, le cardinal de Polignac, le marquis de Dangeau, le maréchal de Lowendal, les comtesses de La Fayette et d'Aulnoy, la marquise du Deffand, Melle de Lespinasse… Et encore les frères Le Nain, Jean Jouvenet, sans oublier la Champmeslé et Armande Béjart, pour ne citer que les plus connus. Sic transit