AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Liste complète des personnages
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande, enfant, atelier de Mierevelt
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande, jeune homme
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande, par Mierevelt
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande, par Honthorst
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande, d'après Honthorst
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande, en 1635, par Hillegaert
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande, par Van Dyck
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande, par Mierevelt
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande, atelier de Honthorst
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande, par Mytens
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande
Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande, jeune fille
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande, en 1631, par Van Dyck
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande, par Mierevelt
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande, par Wybrand de Geest
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande, par Rembrandt
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande, par Honthorst
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande, en 1637, par Honthorst
Frédéric-Henri de Nassau et Amélie de Solms-Braunfels, par Honthorst
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande, en 1647, par Honthorst
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande, en 1650, par Honthorst
Frédéric-Henri de Nassau et Amélie de Solms-Braunfels, avec leurs trois filles cadettes, Albertine-Agnès (jaune), Henriette-Catherine (bleu), et Marie (blanc), par Honthorst
Amélie de Solms-Braunfels, avec ses quatre filles, Louise-Henriette (rouge), Albertine-Agnès (beige), Henriette-Catherine (bleu), et Marie (blanc), par Honthorst
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande, en veuve, tenant le portrait de son mari Frédéric-Henri, par Honthorst
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande, auprès du tombeau de son époux Frédéric-Henri, en 1654, par Govert Flinck
Amélie de Solms-Braunfels, princesse d'Orange, stathouderesse de Hollande (avers et revers d'un médaillon de deuil)
La mort de Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande


------


Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande (1584-1647)
et sa femme Amélie de Solms-Braunfels (1602 ?1675)







Frédéric-Henri de Nassau, prince d'Orange, stathouder de Hollande, était le fils de Guillaume le Taciturne, stathouder de Hollande, et de Louise de Coligny.

Amélie de Solms-Braunfels, était la fille de Jean-Albert Ier, comte de Solms-Braunfels, et d'Agnès de Sayn-Wittgenstein.

Frédéric-Henri et Amélie étaient oncle et nièce à la mode de Bretagne, puisque Frédéric-Henri et Jean-Albert de Solms étaient cousins germains, la mère de Jean-Albert étant Élisabeth de Nassau-Dillenbourg, propre sœur de Guillaume le Taciturne.


Dans ses "Historiettes" (Tome I, article 58, "La princesse d'Orange, la mère") le toujours très caustique Tallemant des Réaux arrange Amélie de Solms-Braunfels de belle manière :

"Elle est de la maison de Solms, une fort bonne maison d'Allemagne. Elle vint en Hollande avec la reine de Bohème, non pas en qualité de fille d'honneur, mais toutefois nourrie à ses dépens. M. d'Hauterive de l'Aubespine, frère de feu M. de Châteauneuf, depuis gouverneur de Bréda, se mit à lui en conter, et en dit beaucoup de bien au prince Maurice, qui, craignant que son frère ne s'alliât à quelque maison qui lui fût à charge, et qui l'engageât dans quelque parti, lui dit qu'il fallait qu'il l'épousât ou qu'il l'épouserait lui-même.(…)

Ainsi, la voilà femme de celui qui devait succéder au prince Maurice, elle qui n'avait pas sept mille écus pour tout bien, qui était petite et médiocrement jolie. Elle ne fut pas longtemps à apprendre à faire la princesse, car Maurice mourut bientôt après. Notre princesse gouverna enfin son mari, et se méconnut tellement qu'elle traita avec une ingratitude étrange la reine de Bohème, sans qui elle serait morte de faim, et qui avait travaillé à son mariage comme si c'eût été sa fille.

Mais la feue Reine-mère, qui était la plus glorieuse personne du monde, vengea un peu cette pauvre reine, car elle ne se démasqua ni pour le prince d'Orange ni pour la princesse. Il est vrai qu'elle ne traita pas trop bien cette reine même, car elle ne baisa point ses filles. La reine de Bohème en eut un dépit étrange, et ne la reconduisit que jusqu'à la porte de son antichambre. La Reine-mère fut si sottement fière, qu'à Anvers, où on la reçut admirablement bien, elle ne daigna se démasquer que dans la grande église. Ce fut pourtant elle qui fit le mariage de la princesse d'Angleterre avec le feu prince d'Orange. Il est vrai qu'elle ne leur fit pas là un grand service.

Pour revenir à la princesse d'Orange, elle traita fort mal son fils, après la mort de son mari, et elle fut cause que sa belle-fille et sa fille, qu'elle avait mariée avec l'électeur de Brandebourg, ne se voyaient point quand elles étaient toutes deux en Hollande, car elle voulait que l'Électrice passât la première, parce qu'un électeur est plus qu'un prince d'Orange, et n'avait point égard à une royauté abattue, ou du moins qu'on allait abattre. On n'a jamais vu une femme si avare ; ni elle ni son mari autrefois n'ont jamais assisté ni le feu roi d'Angleterre, ni celui-ci, ou du moins ç'a été si peu de chose que cela ne vaut pas la peine qu'on en fasse mention. Durant la vie de son fils, elle a pris à toutes mains. Elle tire du roi d'Espagne, elle tire du roi de France, et est à qui plus lui donne.(…)"


On remarquera particulièrement la gravure représentant Frédéric-Henri mourant entouré de sa famille et de dignitaires de la cour de Hollande. On reconnaît particulièrement derrière la table son gendre Frédéric-Guillaume de Brandebourg (en vert, manteau rouge), son fils Guillaume II d'Orange (de profil, en vert, manteau violet) et dans l'embrasure du baldaquin, de droite à gauche, sa femme Amélie de Solms, sa fille Louise-Henriette, sa fille Albertine-Agnès, sa belle-fille Marie d'Angleterre (de profil).


Frédéric-Henri et Amélie eurent :

- Guillaume II, prince d'Orange, stathouder de Hollande ;

- Louise-Henriette, qui épousa Frédéric-Guillaume, électeur de Brandebourg, dit le "Grand Électeur" ;

- Albertine-Agnès, qui épousa Guillaume-Frédéric, comte de Nassau-Dietz ;

- Henriette-Catherine, qui épousa Jean-Georges II, prince d'Anhalt-Dessau ;

- Marie, qui épousa Louis-Henri, comte palatin de Simmern.