AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Charles IV le Bel, roi de France

Charles IV le Bel, roi de France, par Mme Dehérain
Charles IV le Bel, roi de France
Charles IV le Bel, roi de France
Charles IV le Bel, roi de France
Charles IV le Bel, roi de France
Charles IV le Bel, roi de France, détail de son monument de Maubuisson
Charles IV le Bel, roi de France


Blanche de Bourgogne, reine de France

Blanche de Bourgogne, reine de France
Annulation du mariage de Charles IV le Bel, roi de France, et de Blanche de Bourgogne


Marie de Luxembourg, reine de France

Marie de Luxembourg, reine de France
Mariage de Charles IV le Bel, roi de France, avec Marie de Luxembourg


Jeanne d'Évreux, reine de France

Jeanne d'Évreux, reine de France
Jeanne d'Évreux, reine de France
Jeanne d'Évreux, reine de France
Jeanne d'Évreux, reine de France, entre son beau-frère Philippe V le Long et son mari Charles IV le Bel
Charles IV le Bel et Jeanne d'Évreux, roi et reine de France
Jeanne d'Évreux, reine de France
Jeanne d'Évreux, reine de France
Charles IV le Bel et Jeanne d'Évreux, roi et reine de France


Marie de France

Marie de France et Blanche de France, duchesse d'Orléans
Marie de France
Marie de France
Marie de France


Philippe de Valois, duc d'Orléans, et Blanche de France

Philippe de Valois, duc d'Orléans
Blanche de France, duchesse d'Orléans
Blanche de France, duchesse d'Orléans
Blanche de France, duchesse d'Orléans


------


Charles IV le Bel, roi de France et de Navarre (1294-1328)
et
sa première femme Blanche de Bourgogne (1296-1326)
sa seconde femme Marie de Luxembourg (1305-1324)
sa troisième femme Jeanne d'Évreux (1310-1371)

puis les filles du troisième lit
Marie de France (1327-1341)
et
Blanche de France, duchesse d'Orléans (1328-1392)
et son mari Philippe de Valois, duc d'Orléans (1336-1375)






Charles IV, avec ses deux frères Louis X et Philippe V, leur sœur Isabelle, reine d'Angleterre, leur père Philippe le Bel et leur oncle Charles de Valois : ICI.


Charles IV le Bel, roi de France et de Navarre, était le fils de Philippe IV le Bel, roi de France, et de Jeanne de Navarre.

Charles IV épousa d'abord Blanche de Bourgogne, fille d'Othon IV, comte palatin de Bourgogne, et de Mahaut d'Artois.

Blanche était la sœur de Jeanne, femme de Philippe V le Long, frère de Charles IV.

Comme sa belle-sœur Marguerite, femme de Louis X le Hutin, frère de Philippe V et de Charles IV, Blanche fut convaincue d'adultère lors du scandale de la Tour de Nesle.

Elle fut tondue et enfermée à la forteresse de Château-Gaillard de 1314 à 1322. Son mari, qui ne voulut jamais lui pardonner ni la reprendre, et qui devait donc contracter une autre union pour avoir postérité, finit - non sans peine - par obtenir l'annulation de son mariage en invoquant la parenté spirituelle (Mahaut d'Artois, mère de Blanche, était marraine de Charles, ce qui était proscrit par le droit canon).

Blanche prit alors le voile à l'abbaye de Maubuisson où elle mourut quatre ans plus tard.

Elle avait donné à son époux deux enfants, morts très jeunes.


Charles IV épousa ensuite Marie de Luxembourg, fille de l'Empereur Henri VII et de Marguerite de Brabant (fille de Jean Ier, duc de Brabant, frère de Marie de Brabant, reine de France).

Marie mourut après deux ans de mariage, ayant donné à son époux deux enfants morts-nés.


Charles IV épousa enfin Jeanne d'Évreux, fille de Louis de France, comte d'Évreux, et de Marguerite d'Artois.

D'où :

- Marie, morte à quatorze ans, sans alliance ;

- Blanche, qui épousa Philippe, duc d'Orléans, fils de Philippe VI, roi de France. Sans postérité.


Charles IV, dernier des Capétiens directs, n'avait donc malgré ses trois mariages pas eu d'héritier mâle.

Comme on l'a vu à propos de la succession de Louis X le Hutin, les femmes avaient été quelques années plus tôt exclues de la succession à la couronne de France, de façon d'ailleurs contestable, mais passons. Cette exclusion fut alors confirmée de nouveau, et on précisa que non seulement les femmes ne pouvaient ceindre la couronne, mais pas davantage la transmettre : ainsi fut rejetée la prétention d'Isabelle de France, fille de Philippe le Bel, qui réclamait la couronne pour son fils Édouard III, roi d'Angleterre. Prétention bien fragile dans tous les cas, puisqu'en admettant une transmission féminine, ce n'est pas alors à Édouard III que la couronne de France aurait dû aller, mais à Charles le Mauvais, roi de Navarre, fils de Jeanne de France, fille de Louis X (il est vrai que Charles n'était pas encore né lorsque la question se posa, mais il fallait bien réserver les droits d'un éventuel fils de Jeanne de France). Quoi qu'il en soit, Édouard III et ses successeurs (avec une mauvaise foi certaine, il faut bien le dire) ne voulurent pas l'admettre, et de là sortit la Guerre de Cent Ans.

Bref. À la mort de Charles IV, la couronne de France passa donc au plus proche parent en ligne exclusivement masculine, son cousin germain Philippe de Valois, fils de Charles de Valois (frère de Philippe le Bel), et qui devint Philippe VI, roi de France, premier de la maison de Valois.