AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Ascension
Liste complète des personnages
Louise-Hollandine, princesse palatine du Rhin, abbesse de Maubuisson
Louise-Hollandine, princesse palatine du Rhin, abbesse de Maubuisson, par Honthorst
Louise-Hollandine, princesse palatine du Rhin, abbesse de Maubuisson, par Honthorst
Louise-Hollandine, princesse palatine du Rhin, abbesse de Maubuisson, autoportrait en costume bohémien
Louise-Hollandine, princesse palatine du Rhin, abbesse de Maubuisson, par Honthorst
Louise-Hollandine, princesse palatine du Rhin, abbesse de Maubuisson, autoportrait en habit cistercien


------


Louise-Hollandine, princesse palatine du Rhin, abbesse de Maubuisson (1622-1709)






Louise-Hollandine, princesse palatine du Rhin, abbesse de Maubuisson, était la fille de Frédéric V, électeur palatin du Rhin, roi de Bohême, et d'Élisabeth Stuart.

Née durant l'impécunieux exil de ses parents à La Haye, elle fut filleule des États de Hollande, ce qui lui valut son prénom inaccoutumé mais charmant.

Elle fut l'élève de Honthorst, et elle témoigna sa vie durant d'une véritable passion pour la peinture. On pourra constater, par ses autoportraits présentés ici, que son talent était parfaitement remarquable.

Au grand dam de sa famille, elle se convertit au catholicisme, et quitta La Haye dans des circonstances rocambolesques avec la complicité des pères jésuites qui l'avaient ramenée à la foi de ses ancêtres. Elle abjura solennellement l'hérésie calviniste à Anvers, au couvent des carmélites anglaises. Puis Louis XIV l'accueillit en France avec les honneurs dus à son rang, et la nomma abbesse de Maubuisson, charge illustre s'il en fut jamais, et qu'elle occupa d'une façon digne des plus grands éloges. Elle poussa l'humilité jusqu'à ne pas vouloir utiliser sa chaire abbatiale, et y fit placer une statue de la Vierge, comme la seule véritable supérieure de son couvent.

La rage des auteurs parpaillots s'exerça naturellement contre un si splendide exemple de foi. Ils répandirent le bruit que Louise-Hollandine ne s'était enfuie que pour cacher une grossesse clandestine. Mieux vaut en sourire. Du reste sa mère elle-même ne lui pardonna jamais sa conversion.

On ne peut conclure sans mentionner le sympathique témoignage à son propos que nous a laissé sa nièce Élisabeth-Charlotte, Madame, duchesse d'Orléans - qui d'ailleurs l'adorait : "Ma tante de Maubuisson et moi serions bientôt ruinées si l'on créait un impôt sur les pets…"

Madame toujours fidèle à elle-même, comme on voit…