AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Liste complète des personnages
Ulrich I<sup>er</sup> le Fondateur, comte de Wurtemberg, statue de la galerie des comtes de Wurtemberg de la collégiale Sainte-Croix de Stuttgart
Effigies funéraires d'Ulrich I<sup>er</sup>, comte de Wurtemberg, et de sa femme Agnès de Liegnitz, dans la collégiale Sainte-Croix de Stuttgart
Ulrich II, comte de Wurtemberg, statue de la galerie des comtes de Wurtemberg de la collégiale Sainte-Croix de Stuttgart
Eberhard II l'Illustre, comte de Wurtemberg, statue de la galerie des comtes de Wurtemberg de la collégiale Sainte-Croix de Stuttgart
Ulrich III, comte de Wurtemberg, statue de la galerie des comtes de Wurtemberg de la collégiale Sainte-Croix de Stuttgart
Ulrich IV, comte de Wurtemberg, statue de la galerie des comtes de Wurtemberg de la collégiale Sainte-Croix de Stuttgart
Eberhard III le Pleureur, comte de Wurtemberg, statue de la galerie des comtes de Wurtemberg de la collégiale Sainte-Croix de Stuttgart
Eberhard III le Pleureur, comte de Wurtemberg, au lit de mort de son fils Ulrich, par Ary Scheffer
Ulrich, comte héritier de Wurtemberg, statue de la galerie des comtes de Wurtemberg de la collégiale Sainte-Croix de Stuttgart
Eberhard IV le Doux, comte de Wurtemberg, jeune homme, entouré des évêques de Constance et d'Augsbourg et des autres membres de son conseil
Eberhard IV le Doux, comte de Wurtemberg, statue de la collégiale Sainte-Croix de Stuttgart
Antoinette Visconti, comtesse de Wurtemberg
Eberhard V le Jeune, comte de Wurtemberg, statue de la galerie des comtes de Wurtemberg de la collégiale Sainte-Croix de Stuttgart
Eberhard V le Jeune, comte de Wurtemberg, vitrail de la Collégiale de Tübingen
Henriette de Montbéliard, comtesse de Wurtemberg, vitrail de la Collégiale de Tübingen
Louis I<sup>er</sup>, comte de Wurtemberg-Urach et Montbéliard, vitrail de la Collégiale de Tübingen
Mathilde, princesse palatine du Rhin, comtesse de Wurtemberg-Urach et Montbéliard, vitrail de la Collégiale de Tubingen
Mathilde, princesse palatine du Rhin, comtesse de Wurtemberg-Urach et Montbéliard
Eberhard le Barbu, duc de Wurtemberg
Eberhard le Barbu, duc de Wurtemberg
Eberhard le Barbu, duc de Wurtemberg, statue de l'église Saint-Amand de Bad-Urach
Eberhard I<sup>er</sup>, duc de Wurtemberg, statue de Mickael Erhart, détail d'un retable du cloître de Blaubeuren
Eberhard I<sup>er</sup>, duc de Wurtemberg, effigie funéraire en la Collégiale de Tubingen
Eberhard le Barbu, duc de Wurtemberg, relevé de son tombeau de la Collégiale de Tubingen
Barbara de Gonzague-Mantoue, duchesse de Wurtemberg, avec probablement sa grand-mère Paule Malatesta, marquise de Mantoue, par Mantegna
Eberhard le Barbu (jeune homme) et Barbara de Gonzague-Mantoue, duc et duchesse de Wurtemberg, relevé d'un vitrail de la Collégiale de Tubingen


------


Ulrich Ier le fondateur, comte de Wurtemberg (1226-1265)
et sa femme Agnès de Liegnitz (1242-1265)

puis ses fils
Ulrich II, comte de Wurtemberg (~1255-1279)

Eberhard II l'Illustre, comte de Wurtemberg (1265-1325)

puis son fils
Ulrich III, comte de Wurtemberg (~1290-1344)

puis ses fils
Ulrich IV, comte de Wurtemberg (~1315-1366)

Eberhard III le Pleureur, comte de Wurtemberg (~1315-1392)

puis son fils
Ulrich, comte héritier de Wurtemberg (~1340-1388)

puis son fils
Eberhard IV le Doux, comte de Wurtemberg (~1365-1417)
et sa femme Antoinette Visconti (~1360-1405)

puis leur fils
Eberhard V le Jeune, comte de Wurtemberg (1388-1419)
et sa femme Henriette de Montbéliard (1387-1444)

puis leur fils
Louis Ier, comte de Wurtemberg (1412-1450)
et sa femme Mathilde, princesse palatine du Rhin (1419-1482)

puis leur fils
Eberhard Ier le Barbu, duc de Wurtemberg (1445-1496)
et sa femme Barbara de Gonzague-Mantoue (1455-1503)






La maison de Wurtemberg, pour ne parler que du certain (car il est vraisemblable qu'elle soit à l'origine sortie des ducs de Carinthie de la dynastie salienne, ce qui pourrait par les femmes la mener jusqu'à Wittikind, le fameux adversaire de Charlemagne) est issue de Conrad, seigneur de Bentelsbach et de Wurtemberg, dont le neveu Conrad II fut fait comte de Wurtemberg par l'Empereur Henri IV avant 1110.

Conrad II fut père de Louis Ier, père de Louis II, père d'Hartmann, père d'Hermann, qui eut deux fils : Eberhard Ier et Ulrich Ier.

Notons que sans l'ombre d'une raison valable, chez les auteurs modernes, cet Eberhard Ier, fils aîné d'Hermann de Wurtemberg, est appelé Eberhard, comte de Wurtemberg, sans quantième, et Eberhard Ier n'est alors que le suivant, surnommé "l'Illustre" ("der Erlauchte").

Cette étrange nuance ne se justifie en rien. Pour comble d'incohérence, le frère cadet d'Eberhard, et qui régna avec lui, est pour sa part toujours appelé Ulrich Ier. On ne comprend pas pourquoi "Eberhard Ier" ne serait que le second comte de Wurtemberg prénommé Eberhard ; ni pourquoi le premier comte de Wurtemberg prénommé Eberhard n'est pas compté, quand son propre frère, premier comte de Wurtemberg prénommé Ulrich, est compté comme il se doit.

Les anciens auteurs, en cela comme en presque tout, du reste, sont de bien meilleure autorité, et ne connaissent pas d'autre Eberhard Ier que le frère d'Ulrich Ier. Eberhard l'Illustre est Eberhard II, et ainsi de suite. Ne citons que le chevalier Jullien de Courcelles, généalogiste honoraire du roi, au huitième tome de son "Histoire généalogique et héraldique…" (1828) où se trouve la notice consacrée à la maison de Wurtemberg.

Au sujet de ce prénom d'Eberhard, on remarquera qu'il s'agit de la forme germanique du français Evrard, dont le patron est saint Evrard de Frioul, propre gendre de Louis le Pieux fils de Charlemagne, puis abbé de Cysoing, près de Lille, au IXe siècle. Aussi les anciens auteurs ne se font-ils pas faute de parler logiquement de tel ou tel "Evrard de Wurtemberg"… Sur ce point cependant, gardons Eberhard, puisqu'aujourd'hui pousser la traduction si loin risquerait d'égarer quelque peu.


Ulrich Ier, comte de Wurtemberg, était donc fils d'Hermann, comte de Wurtemberg, et d'Ermengarde d'Utten.

Il épousa d'Abord Mathilde de Bade (fille d'Hermann V, margrave de Bade), dont il eut :

- Ulrich II, comte de Wurtemberg.

Il épousa ensuite Agnès de Liegnitz (fille de Boleslav II, duc de Liegnitz), dont il eut :

- Eberhard II l'Illustre, comte de Wurtemberg.

Les demi-frères Ulrich II et Eberhard II régnèrent ensemble. Ulrich II n'eut pas de postérité.


Eberhard II épousa Marguerite de Lorraine (fille de Ferry III, duc de Lorraine), dont il eut :

- Ulrich III, comte de Wurtemberg.

D'un autre mariage avec Ermengarde de Bade (fille de Rodolphe Ier, margrave de Bade) Eberhard II eut Agnès, comtesse d'Oettingen, qui fut mère d'Ermengarde d'Oettingen, comtesse palatine du Rhin.


Ulrich III épousa Sophie de Pfirt (fille de Théobald, comte de Pfirt), dont il eut :

- Ulrich IV, comte de Wurtemberg ;

- Eberhard III le Pleureur ("der Greiner"), comte de Wurtemberg.

Ulrich IV et Eberhard III régnèrent ensemble. Ulrich IV n'eut pas de postérité.


Eberhard III épousa Élisabeth de Hennenberg (fille de Henri VIII, comte de Henneberg), dont il eut :

- Ulrich, qui mourut avant son père et ne régna donc pas.


Ulrich épousa Élisabeth de Bavière (fille de l'Empereur Louis IV et de Marguerite de Hainaut) dont il eut :

- Eberhard IV le Doux, comte de Wurtemberg.


Eberhard IV épousa Antoinette Visconti (Antonia), fille de Barnabé Visconti et de Béatrice-Reine della Scala (voir ICI).

Eberhard IV et Antoinette eurent :

- Eberhard V le Jeune, comte de Wurtemberg.


Eberhard V épousa Henriette de Montbéliard, fille et héritière de Henri de Montfaucon, comte de Montbéliard, seigneur d'Orbe (tué à Nicopolis), et de Marie de Châtillon.

Henri de Montfaucon, père de Henriette, était le fils d'Étienne de Montfaucon et de Marguerite de Châlon, sœur de Louis Ier de Chalon, dont le fils Jean III épousa Marie des Baux, princesse d'Orange, d'où cinq générations plus tard Claude de Chalon qui épousa Henri III de Nassau, et par où les Nassau devinrent princes d'Orange. La maison de Chalon est issue d'Étienne III, comte d'Auxonne, et de Béatrice de Chalon (Chalon-sur-Saône), et Étienne III est issu de l'illustre maison des comtes de Bourgogne sortie des rois d'Italie au tournant des IXe et Xe siècles.

C'est par Henriette que Montbéliard passa à la maison de Wurtemberg. Ultérieurement les possessions wurtembergeoises furent partagées entre les deux fils d'Eberhard et de Henriette par le traité de Nürtingen. À vrai dire Henriette avait en outre prévu une part pour leur sœur, part non la moins conséquente, puisqu'il s'agissait précisément de son héritage propre, le comté de Montbéliard. Mais ses deux fils ne comptaient pas perdre un si beau morceau et ne reculèrent pas devant la honte de retenir leur mère en prison au château de Nürtingen pour la contraindre à annuler ce legs. Elle y resta six mois, puis céda… Le traité signé sur place disposa donc que Montbéliard s'ajouterait à la part de l'aîné, qui versa une contrepartie financière à son cadet - et ce qui était plus juste, à sa sœur elle-même.

Eberhard et Henriette avaient donc eu :

- Louis Ier, comte de Wurtemberg-Urach et Montbéliard ;

- Ulrich V, comte de Wurtemberg-Stuttgart ;

- Anne, qui épousa Philippe, comte de Katzenelnbogen, d'où Philippe, père d'Odile, margravine de Bade.


Louis Ier épousa Mathilde, princesse palatine du Rhin, fille de Louis III, électeur palatin du Rhin, et de Mathilde de Savoie-Achaïe.

Après la mort de Louis, Mathilde se remaria avec Albert VI, duc d'Autriche, frère de l'Empereur Frédéric III (sans postérité).

Louis et Mathilde eurent :

- Eberhard Ier le Barbu, duc de Wurtemberg.

Il fut le premier duc de Wurtemberg, titre qui lui fut accordé en 1488 par l'Empereur Maximilien Ier. Il reçut en même temps le titre de duc de Teck, qui resta dès lors dans la maison de Wurtemberg, mais ne fut jamais porté concrètement jusqu'en 1871, lorsqu'il fut concédé à François, fils morganatique du duc Alexandre de Wurtemberg, et père de Mary de Teck, reine d'Angleterre, femme de Georges V. Enfin Montbéliard fut élevée pour lui au rang de principauté. Maximilien Ier le fit en outre chevalier de la Toison d'Or. Non content de cette avalanche de faveurs, Eberhard demanda encore le titre de duc de Souabe, mais cette fois-ci ne l'obtint pas.

On remarquera les deux beaux portraits en pied du duc Eberhard Ier, chargés de détails symboliques.

Il porte sur le bras une petite colonne surmontée d'une gerbe de palmes, qui rappelle le pèlerinage à Jérusalem qu'il accomplit en 1468 (et à la suite duquel il fit le vœu de ne plus se couper la barbe, ce qui lui valut son surnom). Autour de la colonne s'enroule l'inscription "Attempto" ("J'ose") qu'il adopta pour devise. Dans l'autre main, le duc porte l'étendard noir et or du Saint-Empire, orné de l'aigle impériale : à la maison de Wurtemberg appartenait en effet depuis le XIIIe siècle la dignité de porte-bannière de l'Empire, à savoir l'insigne privilège de garder cet étendard et de le porter en tête des troupes de l'Empereur sur les champs de bataille.

Sur les nouvelles armes du duc, adoptées en 1495, et qui restèrent celle du duché, la récapitulation de ses possessions : les ramures de cerf de Wurtemberg, le fuselé d'Urach, les barbeaux de Montbéliard et l'étendard impérial.

Eberhard Ier épousa Barbara de Gonzague-Mantoue, fille de Louis III le Turc, marquis de Mantoue, et de Barbara de Brandebourg.

Il n'en eut pas d'enfants.

Le successeur d'Eberhard Ier fut donc son cousin germain, fils d'Ulrich V, qui devint Eberhard II, duc de Wurtemberg.