AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Ascension
Liste complète des personnages
Louis I<sup>er</sup> de Gonzague, capitaine de Mantoue
Richilde dei Ramberti, femme de Louis Ier
Guy de Gonzague, capitaine de Mantoue
Camille Beccaria, femme de Guy
Louis II de Gonzague, capitaine de Mantoue
Alda d'Este, femme de Louis II
François I<sup>er</sup> de Gonzague, capitaine de Mantoue
Marguerite Malatesta, femme de François Ier
Jean-François de Gonzague, premier marquis de Mantoue
Paule Malatesta, marquise de Mantoue, femme de Jean-François
Paule Malatesta, marquise de Mantoue
Louis III de Gonzague, dit le Turc, marquis de Mantoue
Louis III le Turc, marquis de Mantoue, par Mantegna
Barbara de Brandebourg, marquise de Mantoue, femme de Louis III, par Mantegna
Barbara de Brandebourg, marquise de Mantoue, femme de Louis III
La Famille de Louis III de Gonzague, composition générale, par Mantegna
La famille de Louis III de Gonzague, par Mantegna
Louis III, ses fils et ses petits-fils, composition dite "La Rencontre", par Mantegna
Frédéric I<sup>er</sup> de Gonzague, marquis de Mantoue
Marguerite de Bavière, marquise de Mantoue, femme de Frédéric Ier
François II de Gonzague, marquis de Mantoue, enfant, par Baldassare Estense
François II de Gonzague, marquis de Mantoue
François II de Gonzague, par Mantegna (détail)
François II de Gonzague, par Rossignon
'La Madone de la Victoire", par Mantegna
Isabelle d'Este, marquise de Mantoue
Isabelle d'Este, marquise de Mantoue, par Léonard de Vinci
Isabelle d'Este, marquise de Mantoue, par Titien
Isabelle d'Este, marquise de Mantoue, médaille frappée sur un modèle de Romano
Ferrante de Gonzague, comte de Guastalla
Ferrante de Gonzague, comte de Guastalla, par Dosso Dossi
Isabelle de Capoue, comtesse de Guastalla
Isabelle de Capoue, comtesse de Guastalla
Ferrante III de Gonzague, duc de Guastalla
Marguerite d'Este, duchesse de Guastalla
Vincent de Gonzague, duc de Guastalla
Marie-Victoire de Gonzague-Guastalla, duchesse de Guastalla
Antoine-Ferrante de Gonzague, duc de Guastalla
Théodora de Hesse-Darmstadt, duchesse de Guastalla
Joseph-Marie de Gonzague, duc de Guastalla
Éléonore de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Wiesenbourg, duchesse de Guastalla


------


Louis Ier de Gonzague, capitaine de Mantoue (1268-1360)
et sa femme Richilde dei Ramberti (?-1318)

puis leur fils
Guy de Gonzague, capitaine de Mantoue (1290-1369)
et sa femme Camille Beccaria (?- ?)

puis leur fils
Louis II de Gonzague, capitaine de Mantoue (1334-1384)
et sa femme Alda d'Este (1333-1381)

puis leur fils
François Ier de Gonzague, capitaine de Mantoue (1363-1407)
et sa femme Marguerite Malatesta (~1360-1399)

puis leur fils
Jean-François de Gonzague, capitaine puis marquis de Mantoue (1395-1444)
et sa femme Paule Malatesta (1393-1449)

puis leur fils
Louis III de Gonzague, dit le Turc, marquis de Mantoue (1414-1478)
et sa femme Barbara de Brandebourg (1422-1481)

puis leur fils
Frédéric Ier de Gonzague, marquis de Mantoue (1441-1484)
et sa femme Marguerite de Bavière (1445-1479)

puis leur fils
François II de Gonzague, marquis de Mantoue (1466-1519)
et sa femme Isabelle d'Este (1474-1539)

puis leur fils
Ferrante de Gonzague, comte de Guastalla (1507-1557)
et sa femme Isabelle de Capoue (1510-1559)

puis leur arrière-arrière-petit-fils
Ferrante III de Gonzague, duc de Guastalla (1618-1678)
et sa femme Marguerite d'Este (1619-1692)

puis leur fille
Marie-Victoire de Gonzague-Guastalla (1659-1707)
et son mari Vincent de Gonzague, duc de Guastalla (1634-1714)

puis leurs fils
Antoine-Ferrante, duc de Gastalla (1687-1729)
et sa femme Théodora de Hesse-Darmstadt (1706-1784)

Joseph-Marie, duc de Gastalla (1690-1746)
et sa femme Éléonore de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Wiesenbourg (1715-1760)






Les portraits de cette série appartiennent pour l'essentiel à la très belle collection du château d'Ambras, à Innsbrück.

Louis Ier de Gonzague, élu premier capitaine du peuple de Mantoue, puis confirmé par l'Empereur Louis IV vicaire impérial de Mantoue, épousa Richilde dei Ramberti.

(NB. Louis, en italien, est habituellement nommé Luigi, tandis que deux de ses successeurs sont souvent nommés Ludovico, qui n'est qu'une variante du même prénom. Une certaine confusion s'établit ainsi car on trouve ainsi Luigi Ier, II et III, ou bien Luigi Ier, Ludovico Ier, et Ludovico II. En français, on s'en tiendra à l'usage d'appeler tous ces princes Louis).

Louis (qui mourut, cela est attesté, à quatre-vingt-douze ans, ce qui est miraculeux pour l'époque) et Richilde eurent :

Guy de Gonzague, capitaine de Mantoue qui épousa Camille Beccaria, des seigneurs de Pavie, puis Béatrice de Bar, qui était à elle seule, s'il est permis de s'exprimer ainsi, un véritable condensé des fameux Rois Maudits de Maurice Druon. En effet, elle était fille d'Édouard Ier, comte de Bar et de Marie de Bourgogne. Or Édouard Ier était fils de Henri III, comte de Bar, et d'Éléonore d'Angleterre, sœur d'Édouard II, le fameux époux d'Isabelle, la Louve de France (fille de Philippe le Bel), qui le fit assassiner de concert avec son amant lord Mortimer. Quant à Marie de Bourgogne, elle était fille de Robert II, duc de Bourgogne (de la maison capétienne, issue de Robert Ier, frère de Henri Ier, roi de France, fils de Robert le Pieux) et d'Agnès de France, fille de saint Louis. Elle était donc la propre sœur de Marguerite de Bourgogne, femme de Louis X le Hutin, qui fut compromise dans le scandale de la Tour de Nesle et étranglée à 25 ans dans sa prison.

On ne sait pas avec certitude si c'est de Camille Beccaria ou de Béatrice de Bar que Guy eut son successeur Louis II. Mais c'est très probablement de Camille, car c'est elle seule qui figure dans la galerie des portraits d'ancêtres de la maison de Gonzague à Sabbioneta, ce qui n'a de sens que pour la mère de l'héritier.

Louis II de Gonzague, capitaine de Mantoue, épousa Alda d'Este, fille d'Obizzo III d'Este, marquis de Modène, et d'Élisabeth de Saxe-Wittenberg. D'où :

François Ier de Gonzague, capitaine de Mantoue, qui épousa Agnès Visconti, fille de Barnabé Visconti, duc de Milan, et la fit décapiter pour adultère (sans doute à tort), puis Marguerite Malatesta, fille de Galeotto Malatesta, seigneur de Rimini, et d'Élisabeth Varano, des seigneurs de Camerino. D'où :

Jean-François de Gonzague, premier marquis de Mantoue, qui épousa Paule Malatesta, fille de Malatesta V Malatesta, seigneur de Pesaro, et d'autre Élisabeth Varano (NB. Les Malatesta de Rimini et de Pesaro descendent de deux demi-frères, fils de Pandolphe Ier Malatesta, seigneur de Rimini et de Pesaro). D'où :

- Marguerite, qui épousa Lionel d'Este, marquis de Ferrare et de Modène ;

- Louis III le Turc, marquis de Mantoue.

Il épousa Barbara de Brandebourg, fille de Jean IV, électeur de Brandebourg-Culmbach, et de Barbara de Saxe (fille de Rodolphe III, duc de Saxe-Wittenberg, électeur de Saxe), et donc sœur de Dorothée de Brandebourg, reine de Danemark.

D'où essentiellement :

- Frédéric Ier, marquis de Mantoue (voir ci-dessous) ;

- Jean-François, comte de Sabbioneta, seigneur de Bozzolo ;

- François, cardinal-évêque de Mantoue et de Bologne ;

- Rodolphe, seigneur de Castiglione delle Stiviere, Solferino, Suzzara et Poviglio, qui fonda la branche dont est sorti Saint Louis de Gonzague (voir ce nom pour le détail de cette branche) ;

- Louis, protonotaire apostolique puis évêque de Mantoue ;

- Barbara, qui épousa Eberhard Ier, duc de Würtemberg ;

- Pauline, comtesse de Görtz (femme de Léonard Ier, sans postérité).


Frédéric Ier épousa Marguerite de Bavière, fille d'Albert III le Pieux, duc de Bavière-Munich, et d'Anne de Brunswick-Salzderhelden-Grubenhagen. Elle était donc la sœur de Sigismond et d'Albert IV, ducs de Bavière. D'où :

- François II, marquis de Mantoue (voir ci-dessous) ;

- Sigismond, cardinal-évêque de Mantoue ;

- Jean, seigneur de Vescovato, d'où sortit la branche des marquis puis (par concession de l'Empereur Rodolphe II) princes de Vescovato, qui est encore représentée aujourd'hui, et la seule lignée subsistante de la maison de Gonzague ;

- Claire, qui épousa Gilbert de Bourbon, comte de Montpensier ;

- Isabelle, qui épousa Guidobaldo Ier de Montefeltre, duc d'Urbin ;

- Madeleine, qui épousa Jean Sforza, seigneur de Pesaro.


C'est Louis III qui passa commande à Mantegna des incomparables fresques de la célèbre Chambre des Époux, au Palais ducal de Mantoue, sur lesquelles il fit figurer tous les membres de sa famille.

On reconnaît donc (identifiés par le spécialiste Rodolfo Signorini) sur la première de ces fresques, Louis III, assis, tourné vers son secrétaire Raymond dei Lupi di Soragna, qui vient de lui remettre une lettre. Barbara de Brandebourg est assise de face, avec ses plus jeunes enfants Louis et Pauline, une pomme à la main. Les aînés, Jean-François (en jaune, debout derrière Louis III), et Rodolphe (en rouge, debout derrière Barbara de Brandebourg). Derrière Rodolphe, la belle Barbara de Gonzague, et derrière elle, vraisemblablement un portrait posthume de la mère de Louis III, Paule Malatesta, portant le costume de religieuse dans lequel elle fut enterrée. Enfin, entre Jean-François et Rodolphe, en noir, le précepteur des enfants, Victorin de Feltre. Il ne manque ni la naine renfrognée, ni, sous le fauteuil de Louis III, son chien préféré, Rubino.

Sur la seconde fresque, Louis III, en toque grise, fait face à son fils le futur Frédéric Ier, en jaune et vert. Au centre, son autre fils François, cardinal, qui tient la main de son frère Louis, qui tient la main de son neveu Sigismond, fils de Frédéric Ier, qui est devant son frère le futur François II.

On remarque encore près de Frédéric Ier, et face à lui, en jaune et bleu, le profil de l'Empereur Frédéric III, et entre eux deux, en toque mauve, Christian Ier, roi de Danemark, beau-frère de Louis III, époux de Dorothée de Brandebourg, sœur de Barbara.


François II épousa Isabelle d'Este, fille d'Hercule Ier, duc de Modène et de Ferrare, et d'Éléonore d'Aragon.

Elle était donc la sœur de Béatrice d'Este, duchesse de Milan, femme de Ludovic le Maure.

Nous avons la chance de posséder les effigies de François et Isabelle de la main de trois des plus grands génies de la Renaissance.

François commanda à Mantegna la merveilleuse Madone de la Victoire pour commémorer la Bataille de Fornoue. Il est représenté en armure, à genoux aux pieds de la Vierge à l'Enfant, entouré, de gauche à droite, de saint Michel, saint André, saint Longin (ces deux derniers patrons de la ville de Mantoue) et saint Georges, avec sa lance brisée (il en laissa une partie dans le corps du dragon qu'il combattit, détail qu'on retrouve également chez Raphaël), enfin le petit saint Jean-Baptiste et sa mère sainte Élisabeth (patronne d'Isabelle d'Este). La séduction vaguement mauresque de François est saisie de la façon la plus gracieuse, dans ce profil au regard langoureux et au sourire enjôleur.

Isabelle fut dessinée par Léonard de Vinci, esquisse préparatoire d'un portrait que, selon sa coutume, il ne réalisa jamais, malgré les fréquentes instances de la princesse. Il commença le crayon d'après nature à Mantoue et l'emporta à Venise pour le terminer. Peu après, un correspondant d'Isabelle ayant contemplé l'esquisse achevée lui écrivit : "Léonard se trouve à Venise, il m'a montré un portrait de Votre Seigneurie qui est très semblable à elle. Il est si bien fait qu'on ne pourrait faire mieux." Témoignage d'importance, puisqu'il permet donc de contempler avec exactitude l'aspect qu'avait la marquise de Mantoue.

Titien, pour sa part, peignit son portrait à une époque où Isabelle était déjà âgée, mais elle lui demanda de la représenter telle qu'elle était dans sa jeunesse, en s'inspirant de portraits de cette époque. Titien a su rendre les traits mignards de son modèle, mais non moins nettement son caractère impérieux. Du reste Isabelle, avec un charmant mélange de coquetterie et de modestie, déclara devant l'œuvre achevée : "Nous doutons d'avoir été, même dans notre jeune âge, aussi jolie que le peintre nous a figurée ici…"

François et Isabelle eurent essentiellement :

- Frédéric II, premier duc de Mantoue ;

- Éléonore, qui épousa François-Marie della Rovere, duc d'Urbin ;

- Ferrante, comte de Guastalla.


Ferrante (variante italianisante de Ferdinand) épousa Isabelle de Capoue, fille de Ferdinand de Capoue, duc de Termoli, prince de Molfetta et d'Ariano, et d'Antoinette del Balzo.

Ils fondèrent la branche des Gonzague de Guastalla.

Leur fils César fut père de Ferrante II, duc de Guastalla, père de César II, duc de Guastalla, et d'André, comte de San Paolo.

César II épousa Isabelle Orsini (petite-fille de Paul-Jordan Orsini, duc de Bracciano), d'où :

- Ferrante III, duc de Guastalla.

Il épousa Marguerite d'Este, fille d'Alphonse III d'Este, duc de Modène, et d'Isabelle de Savoie.

D'où :

- Anne-Isabelle, qui épousa Charles III Ferdinand, duc de Mantoue ;

- Marie-Victoire, qui épousa son oncle à la mode de Bretagne, Vincent, duc de Guastalla.

En effet, Ferrante III n'ayant pas eu de fils, c'est son cousin germain Vincent (fils d'André, comte de San Paolo) qui lui succéda et du reste épousa sa fille Marie-Victoire.

Vincent et Marie-Victoire eurent :

- Éléonore, qui épousa François-Marie de Médicis, prince de Sienne ;

- Antoine-Ferrante, duc de Gastalla, qui épousa Théodora de Hesse-Darmstadt, fille de Philippe de Hesse-Darmstadt (sans postérité) ;

- Joseph-Marie, duc de Gastalla, qui épousa Éléonore de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Wiesenbourg (sans postérité).

Ainsi donc, lorsque Joseph-Marie s'éteignit sans héritier en pleine Guerre de Succession d'Autriche, le duché de Guastalla fut brièvement annexé par l'Autriche, puis, suivant le Traité d'Aix-la-Chapelle en 1748, rattaché au duché de Parme et Plaisance, et le tout attribué à l'Infant Don Philippe de Bourbon, fils cadet de Philippe V, roi d'Espagne.