AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Liste complète des personnages

Charles de Bourbon-Vendôme, cardinal-archevêque de Rouen, "Charles X, roi de France"

Charles de Bourbon-Vendôme, cardinal-archevêque de Rouen
Charles de Bourbon-Vendôme, cardinal-archevêque de Rouen
Charles de Bourbon-Vendôme, le cardinal de Bourbon, "Charles X, roi de France"
Charles de Bourbon-Vendôme, le cardinal de Bourbon, "Charles X, roi de France"
Charles de Bourbon-Vendôme, le Cardinal de Bourbon, "Charles X, roi de France", médaille de Regnault
Charles de Bourbon-Vendôme, le Cardinal de Bourbon, "Charles X, roi de France"
Monnaie à l'effigie du Cardinal de Bourbon, "Charles X, roi de France"


Charles de Bourbon-Condé, cardinal-archevêque de Rouen

Charles de Bourbon-Condé, cardinal-archevêque de Rouen
Charles de Bourbon-Condé, cardinal-archevêque de Rouen
Charles de Bourbon-Condé, cardinal-archevêque de Rouen
Charles de Bourbon-Condé, cardinal-archevêque de Rouen


------


Charles de Bourbon-Vendôme,
dit le Cardinal de Bourbon,
"Charles X", roi titulaire de France (1523-1590)

puis son neveu
Charles de Bourbon-Condé,
dit le Cardinal de Bourbon (1562-1594)






Portrait du Cardinal de Bourbon-Vendôme, près de Henri III, au premier chapitre de l'Ordre du Saint-Esprit : ICI.


Charles de Bourbon-Vendôme était le fils de Charles de Bourbon, duc de Vendôme et de Françoise d'Alençon.

Il était donc entre autres le frère d'Antoine de Bourbon, duc de Vendôme (père de Henri IV) et de Louis de Bourbon, premier prince de Condé.

Il fut évêque de Nevers, de Saintes, de Nantes, de Beauvais, et cardinal-archevêque de Rouen.

Mais en outre, il fut (attention) abbé de Tournus, Corbie, Jumièges, Ourscamps, Signy, Valmont, Perseigne, Cercanceaux, Belleperche, Montiéramey, Fontenelle, Pontlevoy, Pontron, Montebourg, Sorèze, Froidmont, Saint-Méen, Saint-Germain-des-Prés, La Trinité de Vendôme, Saint-Vincent de Laon, Saint-Étienne de Dijon, Saint-Ouen de Rouen, Saint-Lucien de Beauvais, Saint-Honorat de Lérins, Saint-Germer de Flay, Saint-Pierre de Couture, Saint-Michel en l'Erm, Saint-Pierre-sur-Dive, Saint-Jean-des-Vignes, Saint-Pierre-le-Vif, Saint-Nicolas-au-Bois, Notre-Dame des Châtelliers. Eh oui.

C'est lui qui célébra le mariage de son neveu Henri de Navarre, futur Henri IV, avec Marguerite de Valois.

En 1588, Henri III apprit ses liaisons avec le parti de la Ligue, et la conclusion en 1584 d'un traité secret avec Philippe II, roi d'Espagne, qui s'engageait entre autres à reconnaître le cardinal comme roi de France à la mort de Henri III. Ce dernier fit aussitôt arrêter et emprisonner le cardinal de Bourbon à Tours, puis Fontenay-le-Comte.

Il y était encore lorsque Henri III fut assassiné l'année suivante. Il fut aussitôt proclamé roi de France sous le nom de "Charles X" par le parti catholique.

Certes les droits de son neveu Henri IV devaient a priori primer, puisque Henri était fils de son frère aîné Antoine. Mais un protestant ne saurait ceindre la couronne de France, et perd ainsi ses droits. Charles était bien l'aîné des Bourbons catholiques.

D'ailleurs, le Parlement de Paris, par un arrêt du 5 mars 1590, reconnut Charles X comme roi de France, et, ce qui est encore plus décisif pour le fils aîné de l'Église, le Pape Sixte-Quint le reconnut de même ; on frappa aussitôt des monnaies et de très belles médailles à son effigie, comme celles qui sont présentées ici.

Aussi étrange que cela puisse paraître, pendant ce temps, personne ne le fit sortir de prison pour autant ; les ligueurs, à juste titre d'ailleurs, n'étaient pas entièrement sûrs de lui. Il était encore enfermé à Fontenay quand il mourut, moins d'un an après son "avènement"… Peu avant, il avait d'ailleurs écrit (en mars 1590) une lettre à Henri IV pour désavouer ce qui s'était fait en son nom, et le reconnaître comme véritable roi. Ce en quoi il avait, au sens strict du terme, tout-à-fait tort.

Après sa mort, son neveu, autre Charles de Bourbon-Condé, fils de son frère le prince de Condé et d'Éléonore de Roye, devint à son tour, non seulement cardinal-archevêque de Rouen, mais aussi candidat au trône de France, puisque Henri IV n'était toujours pas converti. Cependant, lui ne fut pas, contrairement à son oncle, officiellement reconnu comme roi, même par la Ligue. Ses ambitions trouvèrent précisément un terme aussitôt que Henri abjura l'hérésie et revint dans le sein de l'Église. Son cousin germain le cardinal n'avait plus qu'à s'incliner ; et il mourut l'année suivante.