AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Liste complète des personnages
Philippe le Hardi, duc de Bourgogne
Philippe le Hardi, duc de Bourgogne
Philippe le Hardi, duc de Bourgogne
Philippe le Hardi, duc de Bourgogne
Philippe le Hardi, duc de Bourgogne
Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, gravure d'après Dehérain
Tombeau de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, à Dijon, par Claus Sluter et Jean Malouel
Marguerite de Flandres, duchesse de Bourgogne
Mariage de Philippe le Hardi et Marguerite de Flandres, duc et duchesse de Bourgogne, béni par Philippe d'Arbois, évêque de Tournai, en l'église Saint-Bavon de Gand, le 19 juin 1369
Philippe le Hardi et Marguerite de Flandres, duc et duchesse de Bourgogne, au moment de leur mariage, d'après un manuscrit du temps
Philippe le Hardi et Marguerite de Flandres, duc et duchesse de Bourgogne, âgés, par Claus Sluter, statues du portail de l'ancienne Chartreuse de Champmol, à Dijon
Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, à quatorze ans, combattant auprès de son père Jean II le Bon, roi de France, à la bataille de Poitiers


------


Philippe le Hardi, duc de Bourgogne (1342-1404),
et sa femme Marguerite de Flandres (1350-1405)






Philippe, duc de Bourgogne, avec ses frères Charles V, roi de France, Louis, duc d'Anjou, et Jean, duc de Berry : ICI.


Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, était le fils de Jean II le Bon, roi de France, et de Bonne de Luxembourg.

Marguerite de Flandres était la fille de Louis de Mâle, comte de Flandres et de Nevers, et de Marguerite de Brabant.


Le splendide tombeau de Philippe le Hardi, œuvre de Claus Sluter et de son neveu Claus de Werve, mis en couleurs par Jean Malouel, se trouve aujourd'hui au palais des ducs de Bourgogne, à Dijon. Il se trouvait initialement dans l'église de la Chartreuse de Champmol, près Dijon, nécropole des ducs de Bourgogne de la maison de Valois. Odieusement profanées pendant la Révolution, les dépouilles de la famille ducale qui se trouvaient à Champmol reposent aujourd'hui dans un caveau unique à la Cathédrale Saint-Bénigne de Dijon. Ironie de l'Histoire, l'Empereur Charles-Quint, qui en tant que légitime duc de Bourgogne, avait demandé à reposer avec ses ancêtres à Dijon, ne vit pas ses volontés respectées ; et, (Dieu écrivant droit avec des lignes courbes), dans son paisible et austère Escurial, il échappa ainsi aux ravages sacrilèges des héritiers des prétendues "Lumières"…

L'intérêt inestimable de l'effigie de Philippe le Hardi réside dans le fait que le visage a été réalisé d'après le moulage en cire pris sur le lit de mort du duc, et destiné au simulacre du corps du défunt exposé pendant les nombreuses cérémonies funèbres en usage. L'authenticité des traits est donc absolue.


Philippe et Marguerite eurent notamment :

- Jean Sans Peur, duc de Bourgogne ;

- Marie, qui épousa Amédée VIII, duc de Savoie.