AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Liste complète des personnages

Guillaume V le Riche, duc de Clèves-Juliers-Berg, et Marie, archiduchesse d'Autriche

Guillaume le Riche, duc de Clèves, à 24 ans, en 1540
Guillaume le Riche, duc de Clèves
Guillaume le Riche, duc de Clèves
Guillaume le Riche, duc de Clèves
Guillaume le Riche, duc de Clèves, à 75 ans, en 1591
Marie, archiduchesse d'Autriche, duchesse de Clèves, avec sa fille Marie-Éléonore, future duchesse de Prusse, par Hans Besser
Marie, archiduchesse d'Autriche, duchesse de Clèves
Marie, archiduchesse d'Autriche, duchesse de Clèves, par Hans Besser
Marie, archiduchesse d'Autriche, duchesse de Clèves


Pendants

Guillaume le Riche, duc de Clèves, à 38 ans, en 1554
Marie, archiduchesse d'Autriche, duchesse de Clèves, à 23 ans, en 1554


Jean-Guillaume, duc de Clèves-Juliers-Berg - Marie-Jacobée de Bade - Antoinette de Lorraine

Jean-Guillaume, duc de Clèves-Juliers-Berg
Jean-Guillaume, duc de Clèves-Juliers-Berg, par Johann Malthain
Jean-Guillaume, duc de Clèves-Juliers-Berg
Six générations successives des ducs de Clèves
Marie-Jacobée de Bade, duchesse de Clèves-Juliers-Berg
Antoinette de Lorraine, duchesse de Clèves-Juliers-Berg, jeune fille
Antoinette de Lorraine, duchesse de Clèves-Juliers-Berg
Antoinette de Lorraine, duchesse de Clèves-Juliers-Berg
Antoinette de Lorraine, duchesse de Clèves-Juliers-Berg


------


Guillaume V le Riche, duc de Clèves, de Juliers et de Berg (1516-1592),
et sa femme Marie, archiduchesse d'Autriche (1531-1581)

puis leur fils Jean-Guillaume, duc de Clèves-Juliers-Berg (1562-1609)
et
sa première femme Marie-Jacobée de Bade (1558-1597)
sa seconde femme Antoinette de Lorraine (1568-1610)






Guillaume V le Riche était le fils de Jean III, duc de Clèves, et de Marie de Juliers et de Berg.

Il était donc le frère d'Anne de Clèves, éphémère reine d'Angleterre, immortalisée par Holbein, et de Sibylle de Clèves, électrice de Saxe, immortalisée par Cranach.

Marie, archiduchesse d'Autriche était la fille de l'Empereur Ferdinand Ier et d'Anne Jagellon.

Si l'on en juge par ses portraits, Marie était affligée d'un type Habsbourg accusé au-delà de ce qui aurait été souhaitable pour le charme de ses traits…

Guillaume et Marie eurent essentiellement :

- Jean-Guillaume, duc de Clèves, de Juliers et de Berg ;

- Marie-Éléonore, qui épousa Albert-Frédéric, duc de Prusse ;

- Anne, qui épousa Philippe-Louis, duc palatin de Neubourg ;

- Madeleine, qui épousa Jean Ier, duc palatin de Deux-Ponts (frère de Philippe-Louis) ;

- Sibylle, qui épousa son cousin germain Charles d'Autriche, margrave de Burgovie.


Jean-Guillaume épousa d'abord Marie-Jacobée de Bade, fille de Philibert, margrave de Bade-Bade, et de Mathilde de Bavière.

Marie-Jacobée eut une tragique destinée. Jean-Guillaume, faible d'esprit, étant dans la quasi-incapacité de gouverner, la lutte d'influence, pour y suppléer, entre Marie-Jacobée et sa belle-sœur Sibylle fit naître une haine mortelle entre les deux princesses. La terrible Sibylle fut la plus forte, soutenue par les grands du duché, désireux de se débarrasser de Marie-Jacobée, qui avait le tort fatal de ne pas donner d'héritier à son mari. On l'accusa d'entretenir une liaison adultère avec un gentilhomme nommé Hell de Landscheid. Elle fut condamnée à mort et exécutée au château de Dusseldorf. Mais on prit soin d'envelopper la conduite de toute cette affaire dans tant de mystère, que le détail n'en put jamais être établi avec certitude. D'aucuns ont prétendu que Marie-Jacobée mourut de mort naturelle dans sa prison avant son exécution, et pour les autres, si elle fut exécutée, c'est tantôt étranglée dans son lit, tantôt décapitée. Toujours est-il que depuis lors, la tour du château de Dusseldorf est réputée hantée par une dame blanche sans tête, à la robe maculée de sang, tradition du pays que Henri Heine évoqua fort poétiquement dans ses Reisebilder.


Jean-Guillaume épousa donc ensuite Antoinette de Lorraine, fille de Charles III le Grand, duc de Lorraine, et de Claude de France.

Pas plus que Marie-Jacobée, Antoinette ne donna d'enfant à son mari. Ce qui confirme au surplus que c'est bien Jean-Guillaume qui devait porter la responsabilité de la stérilité de ses unions, et que la malheureuse Marie-Jacobée paya bien cher un défaut qui n'était pas de son fait.

Jean-Guillaume mort ainsi sans enfants, ses possessions furent partagées, après bien des conflits, entre les héritiers prétendants, fils de ses différentes sœurs.

Marie-Éléonore, sœur aînée de Jean-Guillaume, ayant épousé Albert-Frédéric, duc de Prusse. Le duché de Clèves passa donc à la maison de Brandebourg.

Anne, sœur cadette de Jean-Guillaume, ayant épousé Philippe-Louis, comte palatin de Neubourg. Le duché de Juliers-Berg passa donc à la maison palatine.