AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Liste complète des personnages

Charles-Quint, Empereur des Romains, roi d'Espagne

Charles-Quint, à deux ans, par le Maître de la Guilde de Saint-Georges
Charles-Quint, à sept ans, par le Maître de la Légende de Sainte-Madeleine
Charles-Quint enfant avec son grand-père Maximilien, sa tante Marguerite d'Autriche et sa sœur Éléonore, écoutant une lecture d'Erasme en 1511 à Bruxelles, par Édouard Hamman (1853)
Charles-Quint, enfant, école flamande
Charles-Quint, enfant, école allemande
Charles-Quint, adolescent, atelier de Van Orley
Charles-Quint, adolescent, par Van Orley
Charles-Quint, adolescent, en roi mage, par Cardisco
Charles-Quint, adolescent, par Van Orley
Charles-Quint, d'après Van Orley, miniature du "Livre des Statuts de la Toison d'Or", offert à Charles par sa tante Marguerite d'Autriche
Charles-Quint, jeune homme, par Van Orley
Charles-Quint, jeune homme, vers 1520
Charles-Quint, jeune homme, vers 1520
Charles-Quint, jeune homme, d'après Striegel
Charles-Quint, jeune homme, d'après Striegel
Charles-Quint, par Beham
Charles-Quint, par Vermeyen
Charles-Quint, d'après Vermeyen
Charles-Quint, par Cranach
Charles-Quint, par Amberger
Charles-Quint, attribué à Seisenegger
Charles-Quint, en habit de grand-maître de l'ordre de la Toison d'Or
Charles-Quint avec son beau-frère François I<sup>er</sup>, roi de France
Charles-Quint, par Le Parmesan
Charles-Quint, variante de Rubens d'après Le Parmesan
L'Empereur Charles-Quint avec son fils Philippe II, roi d'Espagne, par Antonio Arias Fernandez
Charles Quint, par Titien
Charles Quint et son chien Sampere, par Titien
Charles-Quint, par Pantoja de la Cruz
Charles-Quint, d'après Pantoja de la Cruz
Charles-Quint, d'après Pantoja de la Cruz
Charles-Quint, par Giovanni Fontana, fresque de la "Salle Espagnole" du château d'Ambras, à Innsbruck
Charles-Quint
Charles-Quint, par Titien
Charles-Quint, atelier de Van Dyck
Charles-Quint, par Titien
Charles-Quint, par Francesco Terzio
Charles-Quint, d'après Francesco Terzio
Charles-Quint
Le pape Clément VII (Jules de Médicis) couronnant Charles-Quint, par Bandinelli et Caccini, dans le salon des audiences du Palazzo Vecchio à Florence
Allégorie de l'abdication de Charles-Quint, par Frans Francken
Charles-Quint retiré dans sa cellule au monastère de Yuste après son abdication, par Bergmann


Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne

Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne
Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne, d'après Van Cleeve
Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne, par Titien
Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne, par Anton Boys dit Waiss
Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne
Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne, par Leone Leoni
Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne, par Scrots
Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne
Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne
Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne


Ensembles et Pendants

Mariage de Charles-Quint et d'Isabelle de Portugal, à Séville, le 10 mars 1526 (tapisserie de Bruxelles)
Charles-Quint, par Leone Leoni
Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne, par Leone Leoni
Charles-Quint, d'après Vermeyen
Isabelle de Portugal, impératrice d'Allemagne, reine d'Espagne, d'après Vermeyen
Charles-Quint en habit de chasse
Isabelle de Portugal en habit de chasse
Charles-Quint et Isabelle de Portugal, par Titien
Charles-Quint et Isabelle de Portugal, par Alonso de Mena, détail d'un autel de la Chapelle Royale de Grenade
Charles-Quint et Isabelle de Portugal, avec leur fils Philippe II, par Leone Leoni
Charles-Quint et Isabelle de Portugal, médailles de Leone Leoni
Charles-Quint, Isabelle de Portugal, et leur fils Philippe II, accueillis au Ciel parmi les saints, détail de "La Gloire", par Titien


------


Charles-Quint, Empereur des Romains, roi d'Espagne (1500-1558),
et sa femme Isabelle de Portugal (1503-1539)






Charles-Quint, enfant, avec ses frère et sœurs : ICI.


L'ouverture du cercueil d'Isabelle de Portugal devant saint François de Borgia : ICI.



Charles-Quint était le fils de Philippe le Beau et de Jeanne la Folle.

Il fut prénommé Charles en souvenir de son arrière-grand-père Charles le Téméraire, duc de Bourgogne. De fait, quelles qu'aient pu être les nombreuses couronnes qu'il réunit sur sa tête, Charles se considéra toujours et avant tout essentiellement comme le duc de Bourgogne (qu'il était bel et bien de droit). Dans tous les testaments qu'il rédigea successivement, il ordonna expressément d'être enterré à la Chartreuse de Champmol, à Dijon, nécropole de ses aïeux. Si son vœu ne put être respecté, cela permit du moins à sa sépulture d'échapper aux profanations de la Révolution.

Isabelle de Portugal était la fille de Manuel le Fortuné, roi du Portugal, et de Marie d'Aragon.

Charles-Quint et Isabelle étaient donc cousins germains, puisque leurs mères Jeanne la Folle et Marie d'Aragon étaient sœurs. Ajoutons que le frère d'Isabelle de Portugal, Jean III, roi du Portugal, épousa Catherine d'Autriche, sœur de Charles-Quint.


Charles-Quint et Isabelle eurent essentiellement :

- Philippe II, roi d'Espagne ;

- Marie, qui épousa l'Empereur Maximilien II ;

- Jeanne, qui épousa Jean-Manuel, infant de Portugal.


Charles-Quint eut d'autre part plusieurs enfants naturels, dont il reconnut deux, qui jouèrent un rôle historique de tout premier plan :

- de Jeanne van der Gheenst, Charles-Quint eut Marguerite d'Autriche, souvent appelée, en raison de son second mariage, "Marguerite de Parme" ;

- de Barbara Blomberg, Charles-Quint eut Don Juan d'Autriche (Jérôme-Jean), l'illustre vainqueur de Lépante.


Sur le portrait de Charles-Quint à deux ans, on distingue déjà la lèvre et la mâchoire proéminentes qui donneront à l'Empereur sa physionomie si caractéristique. On remarquera ses armes écartelées d'Autriche et de Bourgogne, ces dernières comprenant le lion d'or sur fond de sables (de Brabant) et le lion de sables sur fond d'or (de Flandres). Ce sont là les armes paternelles, sur lesquelles s'ajoute un lambel d'argent, Charles n'étant encore que son héritier. Quant aux armes espagnoles de sa mère, elle n'y figurent pas à cette époque, Jeanne la Folle n'étant encore elle-même que l'héritière de ses parents, toujours en vie.

On remarquera tout particulièrement le splendide double portrait de Charles-Quint et de son fils Philippe II, l'extraordinaire majesté de l'Empereur, le regard de fierté qu'il pose sur son héritier, l'expression hautaine et écrasante de dignité de Philippe II, qui suffit à faire comprendre au spectateur qu'en contemplant ces deux souverains, il contemple celui qui fut le plus grand des Empereurs, et celui qui fut le plus grand des rois d'Espagne.

La grande allégorie de l'abdication de Charles-Quint représente le souverain partageant les possessions de sa double couronne entre son frère Ferdinand, à gauche, et son fils Philippe, à droite. En 1556, Charles-Quint se démit de l'Empire en faveur de Ferdinand (qui d'ailleurs ne devint véritablement Empereur qu'après la ratification de cette transmission par la Diète Impériale, deux ans plus tard), et de l'Espagne en faveur de Philippe, à qui il avait déjà cédé les Pays-Bas bourguignons un an plus tôt. Derrière Ferdinand, parmi d'autres princes et princesses, sont figurées Éléonore, reine de France et Marie, reine de Hongrie, sœurs de Charles et de Ferdinand, qui assistaient à la cérémonie. A droite, l'Europe couronnée, sceptre en main, l'Autriche portant l'épée, la couronne et le globe impérial, et derrière elles, les Pays-Bas, l'Espagne et l'Italie portant sur leurs oriflammes les blasons des possessions de Charles-Quint dans ces pays respectifs. Au premier plan à droite, l'Amérique, l'Asie et l'Afrique, à genoux, offrent les richesses des colonies espagnoles, et l'Empire Ottoman, enturbanné, esquisse un geste de soumission. Enfin, au premier plan à gauche, devant les deux colonnes d'Hercule portant la devise de Charles-Quint, Plus ultra, Neptune et les divinités marines symbolisent la puissance de l'Empereur et roi sur les océans.