AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Liste complète des personnages

Arnold Ier d'Egmont, duc de Gueldres, et Catherine de Clèves

Arnold d'Egmont, duc de Gueldres
Catherine de Clèves, duchesse de Gueldres
Catherine de Clèves, duchesse de Gueldres, aux pieds de la Vierge


Adolphe Ier d'Egmont, duc de Gueldres, et Catherine de Bourbon

Adolphe d'Egmont, duc de Gueldres
Catherine de Bourbon, duchesse de Gueldres


Charles d'Egmont, duc de Gueldres

Charles d'Egmont, duc de Gueldres


------


Arnold d'Egmont, duc de Gueldres (1410-1473)
et sa femme Catherine de Clèves (1417-1479)

puis son fils
Adolphe d'Egmont, duc de Gueldres (1438-1477)
et sa femme Catherine de Bourbon (1440-1469)

puis leur fils
Charles d'Egmont, duc de Gueldres (1467-1538)






Arnold d'Egmont, duc de Gueldres était le fils de Jean, seigneur d'Egmont et de Marie d'Arkel.

Il devint duc de Gueldres par suite de méandres généalogiques pour le moins compliqués.

Renaud II, duc de Gueldres, épousa Aliénor d'Angleterre, fille d'Édouard II, roi d'Angleterre, et d'Isabelle de France. Il en eut Renaud III, duc de Gueldres, et Marie, qui épousa Guillaume II, duc de Juliers. Renaud III n'eut pas de postérité, et la succession féminine étant admise pour ce duché, sa sœur Marie devint donc duchesse de Gueldres. Elle eut Renaud IV, duc de Juliers et de Gueldres, et Jeanne, qui épousa Jean, seigneur d'Arkel.

Renaud IV mourut sans postérité, et ses duchés de Juliers et de Gueldres ne connurent pas le même sort.

Juliers, uniquement successible en ligne masculine, passa à Adolphe, duc de Berg, fils de Guillaume de Juliers, duc de Berg, frère de Guillaume II. Voici pourquoi. Les règles de succession de Juliers avaient une particularité. Guillaume Ier, duc de Juliers, avait eu deux fils : Gérard et Guillaume. Gérard épousa Marguerite de Berg, héritière du comté de Berg. Il en eut un fils, Guillaume. Mais Gérard mourut avant son père, et dans ce cas, curieusement, la succession ne passait pas au fils mais au frère cadet du défunt (un fils cadet du duc régnant étant toujours considéré comme plus proche héritier qu'un petit-fils issu du fils aîné). C'est pourquoi le jeune Guillaume, fils de Gérard, ne devint pas duc de Juliers, mais seulement comte puis duc de Berg, par héritage maternel. Quant à Guillaume, frère de Gérard, il devint Guillaume II, duc de Juliers, l'époux de Marie, duchesse de Gueldres. Lorsque leur fils Renaud IV, duc de Juliers et de Gueldres, mourut à son tour sans postérité, alors put revenir dans la succession le fils de Guillaume, duc de Berg, prénommé Adolphe. Ainsi, Adolphe fut duc de Juliers et de Berg, réunissant les deux duchés. Il mourut sans postérité et son neveu Gérard (fils d'un frère cadet) fut à son tour duc de Juliers et de Berg, d'où Guillaume, duc de Juliers et de Berg, d'où une fille unique, Marie, qui héritière de ce double duché, l'apporta à son mari Jean III, duc de Clèves, de là les ducs de Clèves-Juliers-Berg.

Gueldres, successible en ligne féminine, comme on l'a vu, put ainsi être transmis à Arnold d'Egmont, en tant que fils de Marie d'Arkel, fille de Jean d'Arkel et de Jeanne de Juliers-Gueldres, sœur de Renaud IV…

Mais, signalons-le, Arnold d'Egmont n'admit pas le principe qui faisait passer Juliers au duc de Berg. Il prétendait hériter tout uniment des deux duchés de Gueldres et de Juliers. Aussi, bien qu'il ne fût que duc de Gueldres, reprit-il telles quelles les armes de Renaud IV, réunissant Juliers (d'or au lion de sable) et Gueldres (d'azur au lion d'or).

Arnold épousa Catherine de Clèves, fille d'Arnold Ier, duc de Clèves, et de Marie de Bourgogne.

D'où :

- Adolphe, duc de Gueldres ;

- Marie, qui épousa Jacques II, roi d'Écosse ;

- Catherine, qui épousa secrètement (?) Louis de Bourbon, prince-évêque de Liège, d'où la maison de Bourbon-Busset.

Adolphe, duc de Gueldres, épousa Catherine de Bourbon, fille de Charles Ier, duc de Bourbon, et d'Agnès de Bourgogne.

D'où :

- Charles, duc de Gueldres ;

- Philippa, qui épousa René II, duc de Lorraine.

Charles mourut sans postérité et Charles-Quint attribua d'abord le duché de Gueldres à Guillaume le Riche, duc de Clèves-Juliers-Berg, puis le réunit à ses propres possessions.

Philippa, naturellement, tente de faire valoir ses droits, mais en vain… Tout au plus les transmit-elle théoriquement à la maison de Lorraine, qui fit désormais figurer dans ses armes les lions de Gueldres et de Juliers.