AMATOR TEMPORIS ACTI

Bienvenue sur le site de Guillaume Attlane



Liste complète des personnages

Henri IV, roi de France et de Navarre

Henri IV, roi de France et de Navarre, enfant
Henri IV, roi de France et de Navarre, à quatre ans, en 1557, par François Bunel
Henri IV, roi de France et de Navarre, à 15 ans, en 1568
Henri IV, roi de France et de Navarre, à 20 ans environ, vers 1573, par Clouet
Henri IV, roi de France et de Navarre, à 20 ans environ, vers 1573, par Clouet
Henri IV, roi de France et de Navarre, à 20 ans environ, vers 1573
Henri IV, roi de France et de Navarre, à 23 ans, en 1576
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre, miniature sur verre
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre, attribué à Guillaume Heaulme
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre, par Pourbus
Henri IV, roi de France et de Navarre, par Pourbus
Henri IV, roi de France et de Navarre, atelier de Pourbus
Henri IV, roi de France et de Navarre, atelier de Pourbus
Henri IV, roi de France et de Navarre, par Pourbus
Henri IV, roi de France et de Navarre, d'après Pourbus
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre, par Santi di Tito
Henri IV, roi de France et de Navarre, en 1610
Henri IV, roi de France et de Navarre, en 1610, atelier de Pourbus
Henri IV, roi de France et de Navarre, par Hersent
Henri IV, roi de France et de Navarre, école anglaise
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre, par Cozette
Henri IV, roi de France et de Navarre, d'après Pourbus
Henri IV, roi de France et de Navarre, avec le cardinal Alexandre de Médicis, futur pape Léon XI, attribué à Quesnel l'Ancien
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre, en Mars, par Ambroise Dubois
Henri IV, roi de France et de Navarre, étude de Rubens
Henri IV, roi de France et de Navarre, en Jupiter, d'après Barthélemy Prieur
Henri IV, roi de France et de Navarre, buste en ivoire tourné par Louis XV
Henri IV, roi de France et de Navarre, par Giraud
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre, gravure d'après Gérard
Henri IV, roi de France et Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre, à cheval, par Jacquet Mathieu
Henri IV abjurant l'hérésie calviniste entre les mains de l'archevêque de Bourges, le 25 juillet 1593, en la basilique de Saint-Denis
Le sacre de Henri IV, à Chartres, le 27 février 1594
Assassinat de Henri IV, rue de la Ferronnerie à Paris, le 14 mai 1610, par Charles-Gustave Housez (1860)
Mort de Henri IV, roi de France et de Navarre, dans sa chambre du Palais du Louvre à Paris, le 14 mai 1610, par Alexandre Hesse
Poignard avec lequel Ravaillac assassina Henri IV
Henri IV, roi de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre, par Guillaume Dupré
Henri IV, roi de France et de Navarre, exposé sur son lit de mort
Henri IV, roi de France et de Navarre, exposé sur son lit de mort
Henri IV, roi de France et de Navarre, lors de l'ouverture de son cercueil
Henri IV, roi de France et de Navarre, tel qu'il apparut lors de son exhumation


Marie de Médicis, reine de France et de Navarre

Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, enfant
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, adolescente, par Pulzone
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, jeune fille
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, jeune fille
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, à l'époque de son mariage, par Rubens
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, à l'époque de son mariage
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, à l'époque de son mariage, d'après Jacopo Empoli
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en 1605
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en grand costume royal, par Henner d'après Pourbus
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en grand costume royal, par Pourbus
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en grand costume royal, atelier de Pourbus
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, par Pulzone
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, par Pulzone
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, miniature d'après Pulzone
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, d'après Barthélemy Prieur
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre
Marie de Médicis, reine de France, donnant le jour au dauphin, futur Louis XIII, le 27 septembre 1601, par Rubens
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, couronnée par la Victoire, par Rubens
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en Pallas victorieuse, par Rubens
Félicité de la régence de Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, par Rubens
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en veuve, par Pourbus
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en veuve, par Pourbus
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en veuve, à 41 ans, en 1616, par Pourbus
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en veuve, par Pourbus
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en veuve, en 1622, par Rubens
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en veuve
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, étude par Rubens
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, étude par Mierevelt
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en exil à Anvers, par Van Dyck
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en exil à Anvers, par Van Dyck
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, d'après Van Dyck
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en 1638, par Honthorst
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre


Ensembles et Pendants

Présentation du portrait de Marie de Médicis à Henri IV, par Rubens
Le mariage par procuration de Marie de Médicis, à Santa-Maria-del-Fiore à Florence, le 5 octobre 1600, par Rubens
Le mariage par procuration de Marie de Médicis, à Florence, le 5 octobre 1600, par Jacopo Empoli
Le mariage par procuration de Marie de Médicis, à Florence, le 5 octobre 1600, d'après Jacopo Empoli
Allégorie du mariage de Henri IV et Marie de Médicis, à Lyon, le 11 novembre 1600, par Rubens
Henri IV et Marie de Médicis, roi et reine de France et de Navarre, en 1601, par Mathieu Prieur
Henri IV et Marie de Médicis, avec leurs quatre premiers enfants Louis, Élisabeth et Christine, et "Nicolas" dans le berceau
Henri IV, partant pour la guerre, confie la régence du royaume à Marie de Médicis, par Rubens
Henri IV, roi de France et de Navarre, par Ribou
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en veuve, par Ribou
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en veuve, par Pourbus
Henri IV, roi de France et de Navarre, par Pourbus
Henri IV, roi de France et de Navarre
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre
Henri IV et Marie de Médicis, roi et reine de France et de Navarre
Henri IV, roi de France et de Navarre, par Pourbus
Marie de Médicis, reine de France et de Navarre, en grand costume royal, par Pourbus
Henri IV, roi de France et de Navarre, entre son fils Louis XIII et sa femme Marie de Médicis


N… (dit "Nicolas") de France, duc d'Orléans

N… (dit "Nicolas") de France, duc d'Orléans


------


Henri IV le Grand, roi de France et de Navarre (1553-1610),
et sa femme Marie de Médicis (1575-1642)

puis leur fils
N… (dit Nicolas) de France, duc d'Orléans (1607-1611)






Henri IV, jeune homme, avec sa première femme Marguerite de Valois : ICI.


Henri IV était le fils d'Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, roi consort de Navarre, et de Jeanne d'Albret, reine de Navarre.

Marie de Médicis était la fille de François Ier de Médicis, grand-duc de Toscane, et de Jeanne, archiduchesse d'Autriche.

Rappelons que Henri avait déjà été marié à Marguerite de Valois, la reine Margot, mariage stérile dont il obtint l'annulation en 1599 pour pouvoir épouser Marie de Médicis.

Henri IV et Marie de Médicis eurent :

- Louis XIII, roi de France, qui épousa d'Anne d'Autriche, infante d'Espagne ;

- Élisabeth, qui épousa Philippe IV, roi d'Espagne ;

- Christine, qui épousa Victor-Amédée Ier, duc de Savoie ;

- Gaston, duc d'Orléans, qui épousa Marie de Bourbon-Montpensier puis Marguerite de Lorraine ;

- Henriette, qui épousa Charles Ier, roi d'Angleterre.

Ajoutons un fils mort à quatre ans, titré duc d'Orléans, et qui ayant été simplement ondoyé et non baptisé, ne reçut pas de prénom, mais est habituellement appelé "Nicolas", probablement par une méprise. "N…" dans les recueils généalogiques étant mis pour les enfants sans prénom, un auteur peu averti prit sans doute un jour ce "N…" pour l'abréviation de Nicolas, et de là l'erreur eut grand succès.


D'autre part, Henri IV, qui ne fut pas surnommé le "Vert-Galant" pour rien, eut un nombre incalculable de maîtresses, et de nombreux enfants naturels dont certains furent légitimés.

De Gabrielle d'Estrées, duchesse de Beaufort :

- César, duc de Vendôme ;

- Catherine-Henriette, mademoiselle de Vendôme, duchesse d'Elbeuf.

De Henriette d'Entragues, marquise de Verneuil :

- Henri, évêque de Metz, puis duc de Verneuil ;

- Gabrielle-Angélique, mademoiselle de Verneuil, duchesse d'Épernon.

De Jacqueline de Bueil, comtesse de Moret :

- Antoine, comte de Moret.

De Charlotte des Essarts, comtesse de Romorantin :

- Jeanne-Baptiste, abbesse de Fontevrault.



On remarquera les représentations de l'abjuration de Henri IV, qui abandonna l'hérésie calviniste le 25 juillet 1593 devant l'archevêque de Bourges, en la basilique de Saint-Denis, et du sacre du roi qui eut lieu le 27 février 1594 en la cathédrale de Chartres, Reims étant encore aux mains des ligueurs. L'essentiel fut que la Sainte-Ampoule apportée par une colombe à saint Rémi lors du sacre de Clovis, avait pu être obtenue des moines de l'abbaye de Marmoutier, où elle était conservée. La reine Margot assiste au sacre depuis sa tribune.

Également le tableau représentant Henri IV et Marie de Médicis avec leurs quatre premiers enfants : le futur Louis XIII entre les jambes de son père, puis Élisabeth et Christine, futures reine d'Espagne et duchesse de Savoie, enfin dans le berceau, "Nicolas". En bas à gauche, l'écuyer du roi, Guillaume Fouquet de La Varenne, probable commanditaire du tableau.

Relique spectaculaire, le poignard de Ravaillac dont Henri IV fut frappé deux fois. Le second coup lui sectionnant l'aorte lui fut fatal. C'était le dix-huitième attentat contre la vie du roi. Celui-là réussit…


La série de vastes compositions commandées par Marie de Médicis à Rubens pour orner la grande galerie du Palais du Luxembourg à Paris se passe de commentaires. Rien au monde ne peut se comparer à cet éclatant témoignage du génie du peintre flamand, que Delacroix surnomma "l'Homère de la peinture".

Parmi ces grandioses chefs-d'œuvre :

L'Hymen et l'Amour présentant à Henri IV le portrait de sa fiancée Marie de Médicis. Jupiter et Junon président à la scène, tandis que la France, derrière Henri, tombe en admiration devant les traits de sa future reine.

Le mariage par procuration de Marie de Médicis avec son oncle Ferdinand Ier, grand-duc de Toscane, représentant Henri IV. La bénédiction est donnée par le cardinal Aldobrandini, neveu du pape Clément VIII, dans la cathédrale Santa-Maria-del-Fiore, à Florence, le 5 octobre 1600. Ce fut le même cardinal Aldobrandini qui officia pour le mariage, cette fois en personne, dans la Primatiale Saint-Jean de Lyon, le 17 décembre suivant.

On reconnaît bien derrière Marie le profil de sa tante la grande-duchesse de Toscane, Christine de Lorraine, femme de Ferdinand Ier. Elle tient les mains de son autre nièce, sœur de Marie, Éléonore, duchesse de Mantoue, femme de Vincent Ier. Lequel (roux au front dégarni) est représenté de son côté, derrière Ferdinand Ier. Rubens s'est représenté lui-même sous les traits du porte-croix.

Jacopo Empoli a également représenté ce mariage. On peut voir ici deux versions de ce tableau, la première comporte moins de personnages mais elle est d'une exécution plus soignée.

Christine de Lorraine est là aussi représentée derrière sa nièce, posant la main sur l'épaule de son fils, le futur grand-duc Côme II. À l'extrême-gauche, Éléonore de Médicis est également très reconnaissable à son visage sévère. On distingue très bien sur ce tableau (et un peu moins sur celui de Rubens) le costume de grand-maître de l'Ordre de Saint-Étienne (croix de Malte amarante, portée en collier, et également brodée sur le court manteau noir) que porte Ferdinand Ier. Cet ordre fut fondé par son père Côme Ier de Médicis et approuvé par le pape Pie IV, pour commémorer la victoire de Marcian, qu'il venait de remporter sur Pierre Strozzi (le 2 août 1554, jour de saint Étienne, Pape et Martyr). On verra sur les portraits de Ferdinand Ier ce costume porté tel quel, ou bien la croix émaillée sur sa cuirasse. François Ier, frère aîné de Ferdinand Ier, porte également ce costume sur son portrait par Rubens (ICI), et Ferdinand II sur son portrait avec ses parents (ICI).

Le mariage de Henri et Marie, à Lyon. Le roi et la reine sont représentés en Jupiter et Junon. La Ville de Lyon, couronnée de tours, sur son char tiré par des lions, contemple le couple royal, et l'on aperçoit en arrière-plan la cité telle qu'elle se présentait au XVIe siècle, peinte avec une exactitude minutieuse (très probablement d'une autre main que celle de Rubens, car l'exécution de ce genre de panoramas étaient généralement confiée à des spécialistes de ce travail).

La naissance du dauphin, futur Louis XIII. Cybèle, mère des dieux, domine la scène, tandis que Marie de Médicis contemple son fils nouveau-né, dans les bras d'Hercule, qui tient également une balance rappelant le signe astrologique du prince, né le 27 septembre 1601. La Fécondité, à gauche, soutient une corne d'abondance dans laquelle, parmi les fruits, on aperçoit les têtes des autres enfants royaux à naître, deux fils et trois filles.

Henri IV s'apprêtant à partir pour la guerre en Allemagne, remet la régence à la reine. Le dauphin est au centre de la scène, servant de trait d'union au couple royal. On remarquera qu'à vrai dire, Marie devint régente lorsque le roi fut assassiné ; mais cette déplaisante idée est ici évitée en privilégiant l'évocation du départ pour la guerre. La scène n'est pas fausse pour autant : il est bien exact que la régence devait de toute façon être confiée à la reine pendant l'absence du roi, qui s'apprêtait à partir combattre les armées espagnoles à la tête de ses troupes, quand il tomba sous le poignard de Ravaillac.


Les deux grands tableaux représentant la reine en grand costume royal, par ou d'après Pourbus, sont des chefs-d'œuvre, laissant muet d'admiration devant la somptuosité de ces atours, dans lesquels la souveraine devient pour ainsi dire l'incarnation même de la monarchie française. Pourbus, comble de génie, fait pourtant voir, dans le même temps, la femme de chair dans sa physionomie propre, et restitue à la perfection ce mélange très particulier caractéristique du physique de Marie de Médicis, une certaine vulgarité et une majesté incontestable, tout à la fois.

On trouve à Saint-Denis, où son corps fut rapporté après sa mort, cette magnifique et exacte épitaphe en forme de sonnet, d'un poète resté anonyme.

"Le palais florentin me donna le berceau ;
Le Louvre de Paris vit éclater ma gloire.
Le nom de mon époux, d'immortelle mémoire,
Est placé dans le ciel comme un astre nouveau.

Pour gendres j'eus deux rois, pour fils ce clair flambeau,
Qui par mille rayons brillera dans l'Histoire.
Parmi tant de grandeurs, le pourra-t-on bien croire ?
Je suis morte en exil, Cologne est mon tombeau.

Cologne, œil des cités de la terre allemande,
Si jamais un passant curieux te demande
Le funeste récit des maux que j'ai soufferts,

Dis : ce triste cercueil chétivement enserre
La reine dont le sang règne en tout l'univers,
Qui n'eut pas en mourant un seul pouce de terre.
"